•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

REM : les heures de pointe chamboulées sur la ligne Deux-Montagnes dès juin

Les trains seront de moins en moins visibles à la gare de Deux-Montagnes à partir de la fin juin.

Photo : Radio-Canada / Francis Labbé

Jérôme Labbé

Deux départs le matin et un départ le soir seront retirés en semaine dès juin sur la ligne de train de banlieue de Deux-Montagnes pour permettre la construction de futures stations du Réseau express métropolitain (REM).

Cet ajustement – qui ne touchera pas toutes les stations – a été présenté mercredi matin lors d'un breffage technique de Mobilité Montréal.

Les départs supprimés le matin sont des « trajets courts » à partir des gares Roxboro-Pierrefonds et Bois-Franc vers la gare Centrale. Le départ du soir annulé est aussi un « trajet court » entre la gare Centrale et Roxboro-Pierrefonds.

Un autre breffage est prévu le mois prochain « pour présenter les mesures alternatives qui seront offertes aux usagers et l'horaire final retenu », assure le Réseau de transport métropolitain (RTM).

La réorganisation présentée mercredi matin s'ajoute au retrait des départs la fin de semaine, en vigueur dès la fin de semaine prochaine. Le service sera interrompu à partir de 19 h 30 le vendredi soir jusqu'au lundi matin sur la ligne Deux-Montagnes, mais également sur la ligne de Mascouche.

Dans la foulée de ces travaux de fin de semaine, l'Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) offrira aux abonnés annuels et aux détenteurs de titres mensuels TRAIN de ces lignes une carte « OPUS week-end illimité multimois », qui leur permettra d'utiliser gratuitement les services de toutes les sociétés de transport de la couronne nord, de Laval et de Montréal jusqu'au 30 septembre prochain. Les usagers admissibles devront toutefois en faire la demande.

Le pire à venir

Carte indiquant les dates d'entrée en vigueur des tronçons

Dates d'entrée en vigueur des différents tronçons du REM.

Photo : Radio-Canada

Les autorités ont également confirmé mercredi que l'impact des travaux de construction du REM sera plus important pour les usagers actuels du transport collectif que pour les automobilistes.

À compter de 2020, par exemple, plus aucun train ne pourra circuler sur la ligne de Deux-Montagnes, et ce, jusqu'à la mise en service de cette antenne du REM, qui se déroulera en deux phases : entre la gare Centrale et la gare du Ruisseau, en 2022, puis jusqu'à la gare de Deux-Montagnes, fin 2023. Des autobus et des taxis collectifs seront mis en place, mais les autorités suggèrent déjà aux usagers d'envisager... le télétravail. Un forum sera organisé cet automne pour trouver des solutions.

« Il va falloir travailler avec les usagers, admet Jean-Vincent Lacroix, porte-parole de CDPQ Infra. C'est pour ça qu'on lance justement une grande campagne de consultation avec des usagers du transport collectif pour faire face à ce grand défi-là. C'est un chantier important, donc on va s'assurer de voir les besoins, s'assurer d'y répondre par le transport collectif [et] vers d'autres solutions. »

L'antenne de la Rive-Sud ouvrira pour sa part beaucoup plus tôt, dès 2021, alors que celles qui relieront le centre-ville à l'aéroport Pierre-Elliot-Trudeau et à Sainte-Anne-de-Bellevue devraient être fonctionnelles, si tout va bien, au début de 2023.

Les travaux de construction du REM doivent commencer officiellement vendredi et durer cinq ans. La première pelletée de terre a eu lieu la semaine dernière.

Des reporters assistent à un breffage technique.

Les autorités assurent que tout sera fait pour permettre les travaux du REM sans nuire au confort des usagers.

Photo : Radio-Canada / Jérôme Labbé

Un important chantier d'excavation doit par ailleurs débuter cet été à la station Édouard-Montpetit, dans le quartier montréalais de Côte-des-Neiges. Une quinzaine de camions circuleront dans le secteur chaque jour pour transporter les 25 000 mètres cubes de roc que le promoteur entend extraire du sol. À terme, cette station sera située 70 mètres sous le sol, ce qui en fera la deuxième en Amérique du Nord pour la profondeur. La plus profonde est située à Portland, en Oregon.

Des travaux similaires, cet automne, engendreront aussi une fermeture partielle de l’avenue McGill College, entre la rue Sainte-Catherine et le boulevard de Maisonneuve. « Ce qu'on souhaite faire, c'est de maintenir les accès au stationnement du Centre Eaton [et] le maintien des accès piétons aux commerces, mais au niveau routier, il faut s'attendre justement à ce qu'on ne puisse plus accéder à McGill College, a prévenu Jean-Vincent Lacroix. C'est vraiment le chantier à surveiller à partir de l'automne. »

Ces deux chantiers s'ajouteront à celui de la rue Sainte-Catherine, dont les détails devraient être communiqués demain par la Ville de Montréal.

Avec la collaboration de Benoît Chapdelaine et Jean-Sébastien Cloutier

Grand Montréal

Transport en commun