•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une première famille de réfugiés syriens accueillie à Matane en fin de semaine

Hussam Ateia, sa conjointe, Meshlen Nassar, et leur fils, Wade Ateia.

Hussam Ateia, sa conjointe, Meshlen Nassar, et leur fils, Wade Ateia

Photo : courtoisie

Radio-Canada

Une première famille de réfugiés syriens arrivera cette fin de semaine à Matane. Composée des parents et d'un enfant de 9 ans, la famille pourra emménager dans une maison déjà meublée.

Un texte de Jean-François Deschênes

Tous ces articles de première nécessité ont été réunis grâce au travail de la vingtaine de membres du comité Syrie-Matanie, dont Marie Pelletier fait partie.

On était tous très contents et très émus. Ça fait deux ans qu’on travaille sur le dossier.

Marie Pelletier, comité Syrie-Matanie
Le comité de parrainage Syrie-Matanie rencontre la famille sur Skype une fois par mois.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le comité de parrainage Syrie-Matanie rencontre la famille sur Skype une fois par mois

Photo : Radio-Canada

Marie Pelletier se réjouit de l’aide, venue de toutes parts. « Une personne du comité qui a déménagé leur a laissé tous ses meubles, cite-t-elle en exemple. On a tellement d’aide qui nous arrive de partout! C’est très apprécié. »

La famille syrienne aura beaucoup de choses à faire à son arrivée, mais les bénévoles du comité tenteront de faciliter leur intégration.

« La première chose, ça va être d’obtenir le numéro d’assurance sociale puis l’inscription de l’enfant à l’École Victor-Côté, une visite au CLSC et ensuite l’inscription à des cours de francisation, précise Marie Pelletier. On a la chance d’avoir deux personnes qui parlent arabe et nous servent de traducteurs. »

Le comité Syrie-Matanie a dû rassembler 43 000 $ pour le projet d'accueil de deux familles syriennes. La seconde famille est toujours à l'extérieur du pays.

Dimanche, le comité tiendra un brunch pour les accueillir officiellement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Société