•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’entente avec les médecins spécialistes à nouveau au coeur des débats politiques

Comme le rapporte Alex Boissonneault, l'opposition accuse le gouvernement de camoufler les chiffres.

Le président du Conseil du Trésor Pierre Arcand maintient que l'entente avec les médecins spécialistes coûtera 2 milliards de dollars aux contribuables québécois, et non pas 4 milliards, comme l'avance Le Devoir à partir de l'information contenue dans l'accord-cadre entre Québec et les spécialistes, que le quotidien dit avoir fait valider par ce même Trésor.

Le président du Conseil du Trésor ne conteste pas la véracité des chiffres du Devoir, mais leur interprétation.

« Nous, on maintient tout à fait les chiffres. M. Leitao [Carlos, ministre des Finances], dans son dernier budget, a des paragraphes complets sur l’ensemble de la rémunération des médecins au Québec », souligne Pierre Arcand, qui dit avoir respecté la promesse de maintenir le coût de la rémunération des médecins à 20 % des dépenses de santé.

« Les médecins au Québec actuellement, c’est 1 $ sur 5, donc la rémunération totale des médecins au Québec (…) ça tourne autour de 8 milliards d’année en année sur un budget qui frise les 40 milliards au Québec. Donc, c’est même un peu moins que 20 %. Les chiffres sont clairs », insiste le président du Conseil du Trésor.

« Ce n’est pas que les chiffres sont nécessairement faux, dit-il à propos de l'analyse du Devoir, ils ont sans doute pris cela dans les ententes existantes. Mais, soutient-il, ils ont mêlé les salaires des nouveaux médecins, les salaires de la Fédération des médecins spécialistes, de la Fédération des médecins omnipraticiens et ils en ont fait une espèce de melting-pot ».

Dans un communiqué émis par le Conseil du Trésor peu après en réaction à l'article du Devoir, le ministre insiste d'ailleurs : l'entente avec les spécialistes, c'est 1,5 milliard sur cinq ans non récurrent ainsi que 511 millions sur huit ans.

Le ministre s’est sinon voulu rassurant en mêlée de presse, insistant sur le fait que les chiffres seraient de toute façon vérifiés par la vérificatrice générale, qui doit déposer son rapport 10 jours avant le déclenchement officiel de la campagne électorale.

« Je vous rappelle qu’au mois d’août, il va y avoir un budget préélectoral qui va se faire et dans lequel tous les engagements du gouvernement vont être vérifiés et revérifiés par la vérificatrice générale. »

L'opposition déplore un manque de transparence

Du côté de l’opposition, on réclame la transparence et on craint l’indignation générale, tant pour les 4 milliards consentis aux spécialistes que pour les 3 milliards pour les omnipraticiens, suivant les chiffres avancés par le Devoir.

« Ce sont encore 3 milliards de dollars de plus qui sont consentis aux médecins, 1 milliard pour les médecins de famille et 2 milliards supplémentaires pour les spécialistes [d'ici 2023]. À plusieurs occasions, on a posé des questions et le gouvernement a laissé croire aux 2 milliards, sachant très bien qu’au fond, cela représentait 4 milliards », se demande la porte-parole de l’opposition officielle en matière de Santé, d’accessibilité aux soins et de soutien à domicile, Diane Lamarre.

Alors, elle est où la transparence, est-ce qu’il y a encore des milliards qui vont ressortir?

Diane Lamarre

Elle prédit que cela fera naître l’indignation auprès de la population, des travailleurs de la santé, mais aussi auprès de nombreux médecins.

La vice-cheffe du Parti québécois, Véronique Hivon, demande pour sa part au gouvernement de rendre des comptes.

« On n’est pas surpris que les chiffres soient beaucoup plus élevés que ce que le gouvernement avait mis de l’avant, mais ce dont on est surpris, c’est évidemment ce manque de transparence et d’explications qui proviennent du gouvernement. »

La Coalition avenir Québec abonde dans le même sens. « Je pense qu’il y a un problème de transparence du côté du gouvernement libéral. Le président du Conseil du Trésor doit dévoiler l’ensemble des chiffres », estime le député caquiste Simon Jolin-Barrette, qui martèle que ce sont les contribuables qui payent la rémunération des médecins.

« On se retrouve dans une situation où les Québécois ne savent pas à quoi s’en tenir. Je pense qu’ils doivent dévoiler la totalité de l’entente et bien l’expliquer parce que c’est quand même complexe (…) Il faut que les Québécois puissent savoir comment sont rémunérés les médecins, sur quelle période et cela va être quoi le coût pour le Trésor public », a-t-il ajouté.

« La leçon qu’on doit en tirer, il faut simplifier tout cela pour que ça coûte moins cher, pour que cela soit surtout plus efficace », estime pour sa part le député solidaire de Mercier, Amir Khadir.

Politique