•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Simon Tremblay-Pepin à l'assaut du bastion libéral de Nelligan pour Québec solidaire

    L'économiste Simon Tremblay-Pepin derrière un micro lors d'un passage dans les studios de Radio-Canada.
    Simon Tremblay-Pepin lors d'un passage à l'émission Plus on est de fous, plus on lit, en 2013. Photo: Radio-Canada / Olivier Lalande
    Radio-Canada

    L'économiste Simon Tremblay-Pepin brigue l'investiture dans la circonscription de Nelligan, dans l'ouest de Montréal, pour Québec solidaire en vue des élections du 1er octobre au Québec. Professeur à l'Université Saint-Paul à Ottawa depuis janvier 2016, Simon Tremblay-Pepin affrontera Martin Coiteux, lui aussi économiste et actuel ministre des Affaires municipales et de la Sécurité publique.

    Un texte de Gérald Fillion

    Simon Tremblay-Pepin a travaillé, de 2009 à 2016, à l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS), un organisme progressiste et de gauche, qui « diffuse un contre-discours aux perspectives que défendent les élites économiques », selon la description fournie par l'institut sur son site web.

    L’homme de 36 ans a déjà été candidat pour Québec solidaire en décembre 2008 dans Gaspé, sa région natale. Il avait obtenu 1,1 % des voix. Il détient un doctorat en science politique de l’Université York et a terminé en 2017 une maîtrise en économie à Paris-I Panthéon-Sorbonne.

    Il est le fils du journaliste Michel Pepin et le petit-fils du syndicaliste Marcel Pepin.

    Dans un échange de courriels, Simon Tremblay-Pepin confirme l’information et souligne qu’il s’engage dans Nelligan « d’abord et avant tout parce que Martin Coiteux représente cette circonscription ». Il affirme que son travail au Conseil du Trésor « a eu des conséquences terribles pour la population du Québec ».

    « Il y a une grande injustice, écrit-il, dans le fait que cette personne puisse avoir des effets si néfastes en toute impunité. Je crois qu’il faut que désormais ce soit Martin Coiteux qui vive les conséquences de ses actes et qu’il perde son siège. »

    Martin Coiteux a été élu député de Nelligan le 7 avril 2014, avec 80,3 % des votes. Québec solidaire n’a pas présenté de candidature à cette occasion.

    Simon Tremblay-Pepin se dit conscient qu’il lui sera difficile de ravir ce bastion libéral à Martin Coiteux, mais dénonce le fait « qu’on concentre toute notre attention sur la possibilité ou non de gagner les circonscriptions par de purs calculs organisationnels ».

    « Si le mot démocratie vaut pour quelque chose, c’est qu’on peut changer d’idée. Si on postule que les gens voteront toujours de la même façon et qu’on ne leur offre pas de choix, on ne leur donne pas l'occasion de changer d’avis », estime-t-il.

    MM. Tremblay-Pepin et Coiteux ont déjà croisé le fer à RDI Économie en 2012 (Nouvelle fenêtre) pour commenter l'actualité économique.

    Politique provinciale

    Politique