•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Baleines noires : incertitudes pour les homardiers de la Gaspésie

Pêche au homard à Port-Daniel
Pêche au homard à Port-Daniel Photo: Radio-Canada / William Bastille Denis
Radio-Canada

Les homardiers gaspésiens craignent d'être soumis aux mêmes règles de protection des baleines noires que leurs collègues des provinces maritimes.

Un texte de Joane Bérubé avec la collaboration de Maude Rivard

Les homardiers de la Gaspésie attendent avec appréhension leur plan de pêche qui devrait être déposé mercredi par le ministre des Pêches, Dominic LeBlanc.

Selon ce qui a été dévoilé mardi par Pêches et Océans, les homardiers du Nouveau-Brunswick, de l'Île-du-Prince-Édouard et de la côte ouest du Cap-Breton seront soumis à des règles similaires à celles imposées aux crabiers pour protéger les baleines noires.

Le directeur du Regroupement des pêcheurs professionnels du sud de la Gaspésie, O’Neil Cloutier, souligne que les informations reçues jusqu’à maintenant sont contradictoires. Ces mesures ne seraient pas dans le plan de pêche des Gaspésiens, dit-il.

On voit en gros plan des cages à homard vides, empilées.Des cages à homard Photo : Radio-Canada / Stéphane Gravel

M. Cloutier se montre toutefois sceptique puisque le ministère impose visiblement les mêmes règles à tous ceux qui fréquentent le golfe. « Je ne vois pas pourquoi, on n’y serait pas », dit-il.

Pêches et Océans a défini une « zone de fermeture statique » où les homardiers ne pourront se rendre à partir du 28 avril. Des zones de fermeture temporaire, de 15 jours s'y ajouteront également, au gré des observations de baleines.

Ces zones s’étalent sur une largeur de 6 miles nautiques par 10 miles de profondeur. Lorsqu’une baleine sera repérée, le quadrilatère fermé à la pêche au homard sera de neuf fois cette superficie.

Si une baleine était aperçue dans les parages de l’île Bonaventure, une zone allant de Newport à Gaspé serait fermée pendant 15 jours.

En Gaspésie, la saison compte 68 jours de pêche. Le patron de gestion en Gaspésie impose une vingtaine de sous-zones restreintes aux pêcheurs dont ils ne peuvent sortir.

Les pertes pourraient être importantes pour ces pêcheurs qui perdraient alors complètement leurs journées de pêche.

Un pêcheur de homard Un pêcheur de homard au large de Sambro, en Nouvelle-Écosse. Photo : Radio-Canada / Paul-Émile d'Entremont

O'Neil Cloutier rappelle que la pêche au homard est une pêche côtière et qu’en 40 ans de pêche, il n’a jamais vu de baleines noires.

« Pourquoi menacent-ils l'ensemble de l'industrie? », se demande le pêcheur qui déplore du même souffle le manque d’information.

« On nous maintient, dit-il, dans le néant total, dans le noir. Pourtant, on a eu des rencontres avec le ministère tout l'hiver. »

Les pêcheurs de la Gaspésie auraient préféré que l’année 2018 en soit une d’observation et de précaution. L’an dernier, rappelle M. Cloutier, la présence des baleines noires dans le golfe était inattendue et inhabituelle, tandis que se déroulait une saison de pêche au crabe plus longue et exceptionnelle.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Industrie des pêches