•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voyage à Toronto maintenu pour des élèves de la Mauricie et du Centre-du-Québec

Deux policiers marchent près de la camionnette utilisée par le tueur.
Le suspect a été arrêté rue Yonge, tout juste devant la camionnette utilisée pour commettre le carnage. Photo: La Presse canadienne / Aaron Vincent Elkaim

L'attaque survenue à Toronto provoque des réflexions dans de nombreuses écoles de la région où des voyages étaient prévus dans la métropole canadienne. À Trois-Rivières, 73 élèves de l'École secondaire des Pionniers partent à Toronto mercredi matin, 48 h après les événements.

Un texte de Claudie Simard

La direction de l'école a choisi de maintenir le voyage de trois jours à Toronto des élèves de première secondaire, malgré l'attaque au camion-bélier qui a fait 10 morts et 14 blessés, lundi, rue Yonge à Toronto.

Les élèves ne se rendent pas dans le secteur touché par les événements, souligne la direction. Ils visiteront des lieux touristiques comme la Tour du CN, alors que l'attaque est survenue dans un quartier plus au nord.

Un seul élève s'est retiré du voyage pour des raisons personnelles; les événements de Toronto ne seraient pas l’unique cause ayant mené à cette décision, mais feraient partie des raisons.

La conseillère aux communications de la Commission scolaire Chemin-du-Roy affirme que la décision de maintenir le voyage a été prise après des discussions avec les représentants de l’agence de voyages.

« Ils nous disaient qu’il y avait aussi déjà des élèves d’autres écoles qui étaient là et que ça se passait bien, il y a une surveillance policière accrue », affirme Anne-Marie Bellerose. Elle ajoute que les enseignants se sentaient à l’aise et en sécurité de partir.

La direction de l'école explique que l'événement semble isolé, que l'accusé a été arrêté et qu'il n'y a pas de fermeture particulière des lieux touristiques.

Annie Létourneau accepte que son fils parte avec les autres. Elle fait confiance à l’organisation.

Je ne suis pas inquiète, parce que je suis certaine que l’équipe-école qui les accompagne va tout faire pour pouvoir les protéger et bien les informer.

Annie Létourneau, mère d'un élève

Elle ajoute que le fait qu’ils ne se rendent pas dans le même secteur la rassure. « Je serais peut-être un peu plus inquiète s’il avait été dans le même coin, qu’il soit en contact avec des informations ou des images qu'il n'est pas dans l’âge de recevoir ou de comprendre. »

Au Centre-du-Québec, trois écoles ont prévu un voyage à Toronto, en mai et en juin.

Les voyages sont maintenus, pour le moment.

Par ailleurs, la Ville de Trois-Rivières, comme d'autres municipalités de la Mauricie et du Centre-du-Québec, a décidé de mettre son drapeau en berne.

Drapeaux en berne devant la gare de Trois-RivièresÀ Trois-Rivières, puisque les bureaux de la mairie ont été relocalisés à la gare pour la durée des travaux dans le stationnement sous l'hôtel de ville, c'est à cet endroit que les drapeaux ont été mis en berne. Photo : Radio-Canada / Martin Chabot

Mauricie et Centre du Québec

Éducation