•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des prêtres poussés à l'épuisement en raison du stress et du surmenage

L'évêque Richard Grecco consulte des documents à son bureau.
Les prêtres aimeraient consacrer moins de temps aux tâches administratives, croit l'évêque Richard Grecco. Photo: CBC / Randy McAndrew

Des prêtres de l'Île-du-Prince-Édouard lancent un appel à l'aide. Des responsabilités accrues les mènent à l'épuisement et les soumettent à un stress excessif, selon eux.

Le père John Molina a soulevé la question lors d’une récente rencontre de prêtres catholiques de l’Atlantique.

« La tendance est plus ou moins la même » pour tous ces prêtres, explique-t-il. Soit ils ont plusieurs paroisses sous leur responsabilité, soit ils n’en ont qu’une, mais plus grande. À cela s’ajoutent des tâches administratives.

« Certains d’entre eux sont épuisés », affirme le père Molina.

John Molina sait de quoi il en retourne, puisqu’il est lui-même très occupé. En plus de ses trois paroisses à l’Île-du-Prince-Édouard, il est chancelier du diocèse et juge du tribunal matrimonial.

John Molina dans son église.« Nous ne sommes pas des anges ou des saints, nous sommes de vraies personnes », dit le père John Molina. Photo : CBC / Randy McAndrew

Il a décidé de parler franchement de sa situation pour que ses paroissiens la comprennent mieux. « Ils savent que parfois ils peuvent prendre le relai et nous sommes reconnaissants », dit-il.

On ne peut pas rester isolés. Nous avons besoin des gens, de la communauté.

John Molina, prêtre catholique à l'Île-du-Prince-Édouard

L’évêque Richard Grecco est d’accord. Une des solutions, selon lui, est de compter sur ces gens de la communauté que l’on appelle associés laïcs.

Ces gens reçoivent une formation dispensée par l’Église.

Les prêtres, dit l’évêque, aiment passer plus de temps à accomplir le travail pastoral auprès de leurs paroissiens. « Certains gars trouvent cela stressant » de devoir tenir les livres et gérer des employés.

L'évêque Richard Grecco.L'évêque Richard Grecco. Photo : CBC / Randy McAndrew

Les prêtres qui se sentent le moins stressés, dit M. Grecco, sont ceux qui peuvent compter sur des laïcs compétents pour les aider.

L’Église recrute en Inde

L’évêque a aussi espoir que voir un peu de relève arriver bientôt. Un prêtre présentement au séminaire fera un stage à l’Île-du-Prince-Édouard l’automne prochain.

En mai, l’Île-du-Prince-Édouard accueillera un missionnaire de l’Inde, portant le total à neuf dans la province.

« Il y a une pénurie » de prêtres catholiques dans les paroisses de l’Île, explique l’évêque Grecco. L’Église a commencé à recruter en Inde en 2014 et déploie des missionnaires dans les paroisses.

Le père John Molina dans son église.Le père John Molina est responsable de trois paroisses à l'Île-du-Prince-Édouard. Photo : CBC / Randy McAndrew

Pas des saints

Le père John Molina espère quant à lui que les prêtres catholiques sauront trouver un meilleur équilibre entre leur travail et leurs loisirs. « Je pense que c’est essentiel. Quelquefois, nous devons dire non. Quelquefois, nous devons dire que l’on peut faire quelque chose un peu plus tard », recommande-t-il.

« Tout le monde doit savoir que nous ne sommes pas des anges ou des saints, nous sommes de vraies personnes », dit John Molina.

D'après un reportage de Nancy Russell de CBC

Avec les informations de CBC

Île-du-Prince-Édouard

Croyances et religions