•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le niveau d'alerte demeure inchangé à Montréal après l'attaque au camion-bélier de Toronto

Des policiers affectés à la surveillance de l'entrée de l'hôtel de ville de Montréal
Le niveau d'alerte à Montréal n'a pas bougé depuis l'attaque de lundi, à Toronto. Photo: Reuters / Christinne Muschi
Radio-Canada

La Ville de Montréal tient à rassurer les citoyens quant à leur sécurité. Elle souligne que le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) veille au grain et que le niveau d'alerte est demeuré inchangé depuis la tragédie de Toronto.

La Ville de Montréal a toutefois rappelé qu'elle comptait installer des blocs de béton dans des rues, cet été, pour empêcher une attaque au véhicule-bélier lors de festivals ou d'autres grands rassemblements.

La responsable de la Sécurité publique au comité exécutif, Nathalie Goulet, explique qu'il est légitime que les citoyens s'interrogent sur les mesures de sécurité en vigueur.

« C'est sûr que ces événements-là créent de l'insécurité, a-t-elle admis en marge du conseil municipal, mardi. C'est tout à fait légitime que les citoyens se posent des questions à cet égard-là. Mais sachez que le SPVM à Montréal est bien au fait des protocoles éprouvés pour assurer la sécurité des Montréalaises et des Montréalais en tout temps, selon le niveau, par exemple, d'importance des événements, des festivals, des manifestations ou autres. »

Et les festivals de quartier ne seront pas négligés, assure Nathalie Goulet, qui est aussi conseillère du district d'Ahuntsic.

« Je suis au fait – par exemple dans mon arrondissement, Ahuntsic-Cartierville – qu'on va mettre, lors de la fête de quartier, des blocs de béton, qui vont être installés aux extrémités des rues. C'est ce que le SPVM recommande – par exemple aux SDC [sociétés de développement commercial] – de mettre en place pour assurer la sécurité. »

Hommage aux victimes

Par ailleurs, le conseil municipal a adopté à l'unanimité mardi matin une déclaration d'appui aux citoyens de Toronto à la suite de la tragédie de lundi, qui a fait 10 morts et 15 blessés. Une minute de silence a aussi été observée.

« C'est vraiment pour envoyer toutes nos pensées, bien sûr, à celles et ceux qui ont perdu un être cher, a expliqué la mairesse Valérie Plante dès la reprise des travaux. Une pensée pour les premiers répondants, qui sont celles et ceux qui, lors d'événements tragiques, sont sur les lieux, à faire leur travail, à sauver des vies. Donc une pensée pour eux, et bien sûr pour tous les Torontoises et Torontois qui, eux aussi, ce matin, se réveillent avec un sentiment d'incompréhension, d'insécurité également. »

Unanimement, le conseil municipal offre toute l’aide et l’assistance à la Ville de Toronto en ces temps difficiles.

Cathy Wong, présidente du conseil municipal

La résolution a été appuyée par le chef de l'opposition officielle, Lionel Perez. « C'est malheureusement des événements dans ce genre-là qui nous démontrent la fragilité de la vie et à quel point, des fois, on prend les choses pour acquises », a-t-il constaté.

Visiblement ému, le conseiller Francesco Miele a également salué la bravoure du policier Kem Lam, qui a procédé, seul et sans violence, à l'arrestation du tireur.

« Si ce matin on a un suspect qui a été arrêté, c'est également parce qu'un policier a gardé son sang-froid, a-t-il rappelé. Trop de fois, on dit [que] les policiers peuvent être vite sur la gâchette. Mais cette fois, [...] il a évité de tirer – et Dieu sait qu'il aurait pu! Mais ce matin, on a un suspect qui a été arrêté, et [...] peut-être qu'on arrivera à comprendre davantage qu'est-ce qui se passe dans la tête d'individus qui procèdent à ces actes barbares. »

Les drapeaux de l'hôtel de ville de Montréal avaient déjà été mis en berne lundi soir.

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur l'attaque au camion-bélier

Politique municipale

Politique