•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Oubliez le stéréotype du conspirationniste « obsessif et pathologique »

Des silhouettes floues de plusieurs personnes.

La communauté des conspirationnistes ne comprendrait pas que de mystérieux personnages.

Photo : iStock

Jeff Yates

CHRONIQUE – Si l'on vous dit « conspirationniste », vous avez peut-être en tête l'image d'une personne paranoïaque qui croit que le gouvernement a des motifs cachés, que le fluor dans l'eau sert à contrôler les populations et que tout cela est lié à un groupe secret qui manipule le monde. Toutefois, est-ce vraiment le profil type des conspirationnistes? Une étude de millions de commentaires sur Reddit démontre que la communauté conspirationniste est plutôt hétérogène et que ses membres sont moins stéréotypés que l'on pourrait le croire.

Une équipe de chercheurs australiens a analysé quelque 2,25 millions de commentaires publiés par 130 000 utilisateurs de r/conspiracy, le forum dédié aux conspirations sur le réseau social Reddit. Elle a publié ses résultats (Nouvelle fenêtre) dans la revue scientifique en ligne Frontiers in Psychology.

Les chercheurs ont analysé le langage utilisé sur le forum et ont classé les utilisateurs dans 11 catégories selon leur champ d'intérêt, allant des « sceptiques » aux « anti-impérialistes », en passant par les « antisémites » et les « pseudoscientifiques ». Ils ont ensuite analysé chaque catégorie pour voir quels sujets animaient les discussions.

Selon cette étude, les « illuminés » – les plus férus des conspirations qui semblent croire à tout – ne feraient pas consensus dans cette communauté. « Ces gens semblent ne pas être très populaires au sein du forum. Ils sont perçus comme étant un peu cinglés. On les accuse de ne pas se baser sur des preuves logiques. Les autres utilisateurs ont l’impression que cela nuit à leur réputation », relate Colin Klein, professeur de philosophie à l'Université nationale d'Australie et membre de l'équipe qui a mené l'étude.

En revanche, cette minorité est beaucoup plus visible parce qu'elle parle fort, très fort. Les « illuminés » représentent seulement 5 % des utilisateurs du forum, mais sont responsables de 64 % des commentaires, selon l'étude. À la stupéfaction des chercheurs, un seul utilisateur a écrit quelque 18 000 commentaires, représentant au total 896 337 mots ou près de deux fois le nombre de mots que les trois volumes de la série Le Seigneur des anneaux peuvent contenir en anglais.

Or, la vaste majorité des utilisateurs ont un rapport beaucoup moins obsessif avec les conspirations.

Des catégories de « croyants »

À part les « illuminés », qui semblent mettre leur nez un peu partout, les autres conspirationnistes tendent à s'en tenir qu'aux complots qui les intéressent et qui collent à leur vision du monde. Par exemple, un antisémite croira au complot concernant l'implication d'Israël dans les attentats du 11 Septembre, mais ne croira pas aux complots qui ont trait au groupe activiste Black Lives Matter, par exemple.

Pour le professeur de philosophie, ces utilisateurs choisissent simplement les histoires qui leur conviennent pour renforcer leurs opinions, mais rejettent celles qui ne leur plaisent pas. « Pour être très franc, c’est ce que l’on voit avec une bonne partie des discussions sur les réseaux sociaux en général, pas seulement lorsqu'il s'agit de conspirations », ajoute-t-il.

La communauté conspirationniste semble également peu homogène. Les théories racistes créent souvent la division sur le forum. « Beaucoup d'utilisateurs disent : “Arrêtez ça, vous allez nous discréditer avec vos sottises racistes!” », constate Colin Klein.

Plutôt que d'accepter tout ce que l'on peut raconter, les conspirationnistes demandent de voir des preuves. On peut d'ailleurs voir toutes sortes de disputes sur la validité de telle ou telle théorie du complot. Le professeur observe que le seul type de discussion qui mobilise l'ensemble des catégories de conspirationnistes est celui qui a trait aux preuves pour défendre ses idées. « C’est intéressant de voir le degré auquel les utilisateurs se considèrent comme étant préoccupés par les preuves tangibles », observe-t-il.

Des pistes de solution

Pour Colin Klein, il y a là possiblement un signe positif. Beaucoup d'études antérieures en psychologie ont été menées sur les éléments les plus extrémistes et donc les moins rationnels de cette communauté. En conséquence, ces études semblent démontrer que le conspirationnisme est une mentalité pathologique et qu'il est impossible de faire changer les idées.

« Lorsque l'on regarde seulement les “illuminés”, cela devient difficile de voir ce que l’on pourrait faire pour changer leur point de vue. Quiconque a déjà interagi avec l’un d’eux sur le web sait qu’ils ont construit leur propre version de la réalité. En revanche, s’ils représentent une petite minorité qui parle fort, cela veut dire qu’il existe beaucoup plus de gens qui seraient peut-être plus ouverts à débattre ou à accepter d’autres idées », croit-il.

« Si l'on se soucie des répercussions des conspirations sur la société, c’est plus constructif d’étudier la majorité plutôt que les extrémistes. »

Par contre, le chercheur fait valoir que l'idée qu'il faudrait simplement montrer à ces gens que leurs théories sont illogiques ne tient pas la route. « On entend souvent dire que nous avons besoin de plus d’éducation ou d’enseigner la logique aux gens. Je suis d’accord avec cela, en tant que philosophe. Toutefois, à part les extrémistes, en général, ces gens considèrent qu’ils s’éduquent et qu’ils évaluent les preuves de façon logique », précise-t-il.

Ce genre de comportement, qui est beaucoup plus fréquent et qui affecte beaucoup plus de gens que l'on pourrait penser, ne semble pas aussi pathologique qu’on pourrait le croire.

Colin Klein, chercheur

De plus, l'étude suggère que bien des gens ont une relation très décontractée avec les conspirations. Ils en croient de temps en temps, sans développer une grande obsession. Si cela s'oppose à l'image un peu pathologique du théoricien du complot dans l'imaginaire collectif, cela pourrait toutefois suggérer qu'une importante proportion de la population a des croyances conspirationnistes.

« J’ai l’impression que les gens croient à un éventail de choses bizarres, et ce sont les conventions sociales qui les empêchent d’en parler », remarque Colin Klein en riant. Selon lui, les réseaux sociaux permettent aux conspirationnistes de se regrouper pour se faire accepter par la société.

« Avant Internet, on devait probablement faire un peu plus d’efforts et être plus mobilisé pour être conspirationniste. On ne le devenait pas à moins d'être vraiment, vraiment partisans de ce type de théorie. Maintenant, la barrière d’entrée dans ce monde est beaucoup plus basse », fait-il remarquer. Les algorithmes des réseaux sociaux comme YouTube et Facebook peuvent aussi nous plonger dans un « trou noir » complotiste, selon le chercheur.

Justement, Colin Klein espère mener d'autres études, notamment sur les portes d'entrée vers la communauté conspirationniste sur Reddit. Il veut entre autres examiner dans quelles autres communautés les gens s'incrustent sur Reddit avant de se joindre à r/conspiracy.

Comme quoi les conspirationnistes ont raison sur un point : quelqu'un traque leurs moindres mouvements sur Reddit.

Fausses nouvelles

Société