•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Macron et Trump à la recherche d'un « nouvel accord » avec l'Iran

Le reportage de Yanik Dumont-Baron

Il importe de conclure un « nouvel accord » avec l'Iran, ont affirmé mardi les présidents américain et français, Donald Trump et Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse commune à la Maison-Blanche. L'hôte de la rencontre en a profité pour lancer un avertissement à Téhéran.

Le président français a précisé que ce nouvel accord permettrait d'ajouter des éléments à l'accord sur le nucléaire iranien conclu avec Téhéran en 2015 par les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Allemagne.

Il a admis sans détour que M. Trump et lui ne voyaient pas les choses du même oeil à ce sujet. Mais il a dit croire qu'une nouvelle entente avec la République islamique permettrait de répondre aux inquiétudes du président américain.

On ne déchire pas un accord pour aller vers nulle part, on construit un nouvel accord qui est plus large et qui permet de couvrir l'ensemble de nos préoccupations.

Emmanuel Macron, président de la France

M. Macron a insisté sur sa volonté d'aborder « tous les sujets de la région », incluant le programme de missiles balistiques de Téhéran et la situation en Syrie.

M. Trump l'a d'ailleurs remercié pour son « partenariat infaillible » lors des récentes frappes aériennes en Syrie, lancées en réponse à une attaque chimique présumée à Douma. Il a semblé d'accord avec la demande de M. Macron, qui souhaite une présence américaine plus longue en Syrie.

« Nous allons rentrer à la maison, mais nous voulons laisser une empreinte forte et durable », a déclaré M. Trump.

Les piliers d'un nouvel accord

Le nouveau texte devra englober quatre volets, selon le président Macron :

  • bloquer toute activité nucléaire iranienne jusqu'en 2025;
  • empêcher à plus long terme toute activité nucléaire;
  • stopper les activités balistiques de l'Iran;
  • et chercher à contenir les ambitions régionales du régime théocratique au Moyen-Orient.

Le président Trump, qui n'a jamais caché son intention de mettre un terme à l'actuel accord conclu par son prédécesseur Barack Obama, n'a guère donné de détails sur ce qu'il espère trouver dans ce nouveau protocole.

Il a dit souhaiter « un nouvel accord sur des bases solides », en faisant valoir que celui actuellement en vigueur repose sur des « bases pourries ».

Emmanuel Macron a aussi dit à M. Trump que la France et les États-Unis réussiront ensemble à vaincre le terrorisme, à neutraliser les armes de destruction massive en Corée du Nord, et à agir pour le bien de la planète.

Dans d'autres remarques lancées aux journalistes plus tôt en matinée en présence de M. Macron, Donald Trump avait qualifié l'accord sur le nucléaire iranien de « désastre ». Il a ensuite employé les termes « dément » et « ridicule » pour le qualifier. « Il n'aurait jamais dû être conclu », a-t-il réitéré.

Vous pouvez l’écrire : si les Iraniens redémarrent leur programme nucléaire, ils auront les plus gros problèmes qu’ils ont jamais eus.

Donald Trump, président des États-Unis

« Nous allons en discuter », avait répondu Emmanuel Macron, en précisant que l'objectif commun devait consister à « éviter une escalade et une prolifération nucléaire dans la région ». « La question est de savoir quel est le meilleur chemin », avait-il ajouté.

Donald Trump a posé la date du 12 mai comme ultimatum à ses alliés européens pour qu'ils s'entendent avec l'Iran afin de « remédier aux terribles lacunes » du texte de l'accord. À défaut d'y parvenir, il menace d'en retirer les États-Unis unilatéralement.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Javad Zarif, a déclaré en fin de semaine que son pays reprendra « vigoureusement » l'enrichissement d'uranium si Washington rompt l'entente actuelle.

Dans un rapport déposé l'hiver dernier, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), chargée de la surveillance du volet technique de l'accord, a réitéré que l'Iran respectait l'accord sur le nucléaire.

Hommage à un héros français

Dans une brève allocution, Donald Trump a rendu un hommage appuyé au gendarme français Arnaud Beltrame, tué en mars après s'être substitué à une otage dans un supermarché de Trèbes.

« Il y a à peine quelques semaines, nous avons ajouté un nouveau nom à cette liste de nos grands héros : celui d'un courageux gendarme français nommé Arnaud Beltrame », a dit M. Trump.

Le colonel Beltrame a regardé le mal droit dans les yeux et n'a pas cillé, il a donné sa vie pour ses voisins, pour son pays et pour la civilisation elle-même. C'était un grand homme.

Donald Trump, président des États-Unis

Sur une note plus légère, la deuxième journée de la visite officielle d'Emmanuel Macron a aussi de plus donné lieu à une scène étonnante : Donald Trump a décidé d'épousseter les épaules de son invité.

« Nous avons une relation très privilégiée, d'ailleurs je vais retirer ces quelques pellicules », a déclaré M. Trump en faisant mine d'essuyer l'épaule d'Emmanuel Macron, vêtu d'un costume noir. « Nous devons le rendre impeccable, il est impeccable », a-t-il ajouté, tout sourire, devant les caméras du monde entier, aux côtés d'un président français quelque peu gêné.

Donald Trump essuie du doigt l'épaule d'Emmanuel Macron.Donald Trump a causé une certaine surprise en balayant les pellicules des épaules de son invité. Photo : Reuters / Kevin Lamarque
Avec les informations de Reuters, et Associated Press

Politique internationale

International