•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Acadiens proposent la création de sièges francophones protégés en Nouvelle-Écosse

Le drapeau acadien.

Le drapeau acadien.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Des Acadiens du Cap-Breton réclament un nouveau système électoral provincial, différent de celui que demande la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse.

La coalition de la communauté Chéticamp-LeMoine (CCCL) suggère la création de deux sièges réservés aux Acadiens à l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse.

Ces sièges ne seraient pas liés à des territoires particuliers, mais représenteraient tous les Acadiens et francophones de la province.

Selon cette proposition, ces élus siégeraient comme indépendants.

La Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE) propose le retour des trois circonscriptions protégées acadiennes (Clare, Argyle et Richmond) abolies par l’ancien gouvernement néo-démocrate de Darrell Dexter en 2012.

Circonscriptions acadiennes annexées en Nouvelle-Écosse

Circonscriptions acadiennes annexées en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada

Bien que la coalition soit en accord avec la FANE dans le dossier du rétablissement des anciennes circonscriptions, elle estime qu’il importe d’aller plus loin.

Ses membres soulignent que les circonscriptions protégées ne garantissent pas l'élection d'un député acadien.

« Le statu quo, et retourner aux circonscriptions qu’on avait avant », dit une porte-parole de la coalition, Joeleen Larade, « c’est pas ça que l’Acadie, que la Nouvelle-Écosse a besoin. On veut vraiment une voix, on veut vraiment des sièges [à l’Assemblée législative] à Halifax qui sont à nous, qui sont pour le peuple acadien de la province. »

Joeleen Larade, directrice générale du Conseil des arts de Chéticamp

Joeleen Larade, directrice générale du Conseil des arts de Chéticamp

Photo : Vimeo

En entrevue mardi matin à l’émission Le réveil / Nouvelle-Écosse et T.-N.-L., Mme Larade a fait valoir que les francophones ne sont pas confinés à un endroit sur le territoire de la Nouvelle-Écosse, d’où l’idée de deux sièges garantis aux Acadiens pour l’ensemble de la province. « On oublie la majorité des Acadiens qui vivent à Bedford, à Halifax, nous à Sydney », explique-t-elle.

Moi je veux le droit de vote, moi je veux mon mot à dire, moi je veux pouvoir voter pour un Acadien ou une Acadienne.

Joeleen Larade

Un modèle similaire adopté à travers le monde

Un modèle de représentation qui mènerait à la création de sièges réservés aux Acadiens de la Nouvelle-Écosse est basé sur un modèle déjà adopté à l’international, soutient la coalition.

Joeleen Larade cite en exemple les sièges garantis aux Maoris en Nouvelle-Zélande et à la minorité flamande en Belgique.

En Nouvelle-Écosse, des leaders autochtones examinent aussi l’idée d’un siège garanti au peuple micmac à l’Assemblée législative provinciale.

« Le timing est parfait, les Micmacs le demandent aussi, les Afro-Néo-Écossais », explique Mme Larade, qui suggère à ces groupes de « travailler ensemble comme peuples fondateurs de la province ».

« C’est fait partout autour du monde, alors faisons-le ici, faisons-le bien, mais arrêtons de parler de statu quo », insiste-t-elle.

Le phare de Chéticamp, en Nouvelle-Écosse, peint aux couleurs du drapeau acadien.

Chéticamp, en Nouvelle-Écosse.

Photo : Getty Images / benkrut

La commission sur la délimitation des circonscriptions électorales va sans doute vouloir consulter la communauté acadienne de Chéticamp-Lemoine, estime le CCCL, qui affirme sa volonté d’explorer de nouvelles idées, sans répudier les anciennes, afin d’obtenir une représentation équitable pour les Acadiens.

Joeleen Larade croit qu’il est temps pour les Acadiens de se donner « une vraie voix politique ».

« C’est ça qu’on devrait viser, comme communautés acadiennes et francophones en Nouvelle-Écosse », conclut-elle.

Réaction de la FANE

Ghislain Boudreau, le président de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE), dit que la position de l'organisation ne changera pas.

« On est certainement ouvert à parler, mais la position de la FANE va rester la même chose », a indiqué M. Boudreau.

Avec les informations de Caroline Lévesque et Marc Babin

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale