•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Feu vert conditionnel au pipeline de la ligne 3 d’Enbridge au Minnesota

Un travailleur pose les dernières touches au pipeline, posé au fond d'un fossé de terre.
Enbridge a déjà commencé à construire un segment de 22 km qui relie son pipelinede la ligne 3 à un terminal, à Superior, au Wisconsin. Photo: Associated Press / Richard Tsong-Taatarii

Une juge américaine autorise l'entreprise pétrolière canadienne Enbridge à construire le projet de remplacement de son pipeline de la canalisation 3 au Minnesota, mais selon un tracé différent de celui proposé par la compagnie.

Un pipeline achemine déjà du pétrole albertain de Hardisty jusqu’à Superior, au Wisconsin, qui est ensuite acheminé vers les raffineries américaines. Enbridge veut remplacer complètement sa ligne 3, gardant le même tracé pour la grande majorité du projet. Au Minnesota toutefois, il voudrait emprunter une route différente sur la moitié du tracé, soit sur 543 km. Ce projet de 7,4 milliards de dollars doublerait la capacité de transport du pipeline à 760 000 barils par jour.

La juge qui s’est penchée sur le projet affirme que cette déviation n’est pas nécessaire. Selon le rapport déposé devant la Commission des services publics du Minnesota, le pipeline est vieux, a besoin de beaucoup de réparations et pose de nombreux risques pour l’environnement.

Le juge a déterminé qu’en tenant compte de la route préférée du demandeur, les conséquences pour le Minnesota l’emportent sur les bénéfices du projet proposé.

La juge Ann O'Reilly

« L’analyse des coûts et des bénéfices change toutefois si le demandeur remplace la ligne 3 en maintenant son emplacement actuel », poursuit la juge Ann O'Reilly dans sa décision.

Le tracé de la canalisation 3 de l'entreprise Enbridge. Le tracé de la canalisation 3 de l'entreprise Enbridge. Photo : Radio-Canada

La juge fait remarquer que le maintien du tracé actuel réduirait les risques de déversement, préviendrait l’établissement d’un nouveau corridor pétrolier dans un secteur environnemental à risque du Minnesota et « empêcherait l’abandon d'environ 480 km de pipeline en acier ». Construit dans les années 1960, le pipeline a déjà été la source de déversements pétroliers dans le passé.

Dans une déclaration rendue publique lundi soir, Enbridge affirme être « satisfaite » de la décision du juge d’accepter « ce projet axé sur la sécurité », mais n’a pas commenté la recommandation du tracé. « Nous allons prendre le temps de réviser en détail la recommandation d’utiliser notre tracé actuel et nous aurons plus de commentaires plus tard », mentionne la déclaration d’Enbridge.

Greenpeace prédit l’échec de la ligne 3

Greenpeace Canada, qui s’oppose au projet de pipeline, prédit que ce changement de route est suffisant pour condamner le projet. « Chaque fois que vous entendez ‘‘route de rechange’’, ça signifie davantage de coûts et des délais plus longs. Ce ne sont pas de bonnes nouvelles pour le pipeline et ses investisseurs », affirme Mike Hudema, de Greenpeace Canada. « De plus, le pipeline d’Enbridge fait encore face à plusieurs obstacles qu’il ne peut surmonter. »

Des groupes environnementaux et autochtones manifestent contre le pipeline devant le Capitole de l'État du Minnesota, à Saint-Paul, le 28 septembre 2017.Les opposants au projet de la ligne 3 d'Enbridge s'inquiètent des conséquences sur la qualité de l'eau, la faune et les changements climatiques. Photo : Associated Press / Jim Mone

« Le Département du commerce du Minnesota a donné une recommandation négative au projet. Il n’a pas l’appui des communautés autochtones touchées. Les organisations de résistance au pipeline continuent de grossir et de plus en plus d’établissements financiers tournent le dos aux projets pétroliers », affirme Mike Hudema.

La Commission des services publics du Minnesota rendra sa décision finale sur la canalisation 3 d'Enbridge en juin, mais l’opinion du juge compte habituellement beaucoup dans sa décision. La construction du pipeline a déjà commencé du côté canadien de la frontière.

Alberta

Industrie pétrolière