•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau condamne « l'attaque insensée » survenue à Toronto

Le premier ministre Justin Trudeau devant un drapeau du Canada.

Justin Trudeau s'exprime sur l'attaque au camion-bélier survenue à Toronto

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

« Nous ne devons pas commencer à vivre dans la peur », a averti mardi le premier ministre canadien, au lendemain de l'attaque au camion-bélier de Toronto qui a fait dix morts et quinze blessés.

Soulignant que ce genre d'attaque est totalement imprévisible, Justin Trudeau a cependant assuré que son gouvernement travaillait sans relâche avec les autorités pour assurer la sécurité des citoyens, notamment en prévision du sommet du G7 qui aura lieu en juin dans Charlevoix.

Nous allons réfléchir, suite à cet événement, sur ce qu’on peut faire de plus, qu’est-ce qu’on doit continuer à faire pour assurer la protection des Canadiens et de nos communautés, mais en même temps, nous ne devons pas commencer à vivre dans la peur.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Lors d'une brève conférence de presse avant le Conseil des ministres de mardi matin, Justin Trudeau a aussi expliqué qu’il faudra « un peu de temps » aux enquêteurs avant d’avoir une idée précise des raisons qui ont poussé le suspect à commettre un tel geste.

Rappelons qu’Alek Minassian, 25 ans, a été arrêté au volant de la camionnette qui a fauché une vingtaine de personnes lundi après-midi sur la rue Yonge, à Toronto. L’homme a comparu devant le tribunal, mardi matin, à Toronto.

Nous devons rester un pays ouvert et libre, et à l’aise dans nos valeurs. Et nous allons continuer de l’être.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Trudeau attendra avant d'aller à Toronto

Un corps recouvert par un drap.

Plusieurs dizaines de piétons ont été renversés par un camion-bélier.

Photo : La Presse canadienne / Nathan Denette

Justin Trudeau, qui assure être en contact régulier avec le maire de Toronto, John Tory, et la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, a expliqué qu’il se rendra certainement à Toronto, mais qu’il préfère attendre que les autorités fassent leur travail, pour éviter que sa présence soit une source de distraction.

Pour l’instant je préfère laisser les gens faire leur travail sans trop de perturbation, ce qui est toujours le cas avec un premier ministre qui arrive.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Dans sa déclaration en ouverture de conférence de presse, le premier ministre a réitéré ses condoléances aux proches des victimes et offert ses pensées aux personnes blessées. Il a aussi souligné le travail des premiers répondants et des citoyens qui ont fait preuve de solidarité et d'entraide lors de cette attaque qu'il a qualifiée d'« horrible tragédie ».

L'hypothèse terroriste écartée

Ralph Goodale parle à ses homologues du G7.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, rencontrait mardi ses homologues du G7.

Photo : Radio-Canada

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, qui rencontrait mardi les ministres de la Sécurité des pays membres du G7, a pour sa part expliqué qu’une vaste enquête était actuellement menée par la police de Toronto en collaboration avec la GRC et toutes les agences concernées.

Le ministre Goodale a répété que rien n’indiquait pour le moment que le suspect ait agi sous les ordres d’un quelconque groupe terroriste ou qu’il ait entretenu des liens avec de tels groupes.

M. Goodale a aussi salué le « travail remarquable » de l’agent de la police de Toronto Ken Lam, qui a procédé seul à l’arrestation du suspect et la façon dont il a composé avec la situation.

Deuil et consternation sur la rue Yonge

Kathleen Wynne porte un bouquet de fleurs en compagnie du maire de Toronto, John Tory.

La première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, accompagnée du maire de Toronto, John Tory (droite), ont déposé une gerbe de fleurs sur les lieux de la tragédie.

Photo : Radio-Canada

À Queen's Park, la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, a évoqué une « situation très tragique et éprouvante [...] qui ne représente pas ce que nous sommes en tant que ville, en tant que province ». Elle a souligné être en contact régulier avec la mairie de Toronto et le bureau du premier ministre Trudeau.

En journée, la première ministre Wynne et le maire de Toronto, John Tory, se sont rendus sur la rue Yonge, où des centaines de personnes se rassemblent depuis lundi soir pour se recueillir et honorer la mémoire des victimes.

« C'est très important pour les gens d'avoir un tel endroit pour venir exprimer leurs sentiments et leur douleur ou prendre le temps de lire ce que les autres ont écrit en mémoire des victimes et de leurs proches disparus. », a expliqué Mme Wynne.

Cet endroit sera pour toujours une cicatrice sur la ville de Toronto. Et comme toutes les cicatrices, elles font partie du processus de guérison. Nous aimions ces gens, ils faisaient partie de notre communauté .

John Tory, maire de Toronto

« Avec toute la rigueur de la loi »

Le chef de l'opposition officielle, Andrew Sheer, a également présenté ses condoléances aux proches des victimes et offert son réconfort aux blessés et aux personnes qui ont été témoins de la tragédie.

Estimant que l'auteur de l'attaque « doit être poursuivi avec toute la rigueur de la loi », le chef du Parti conservateur a rappelé que la sécurité des Canadiens doit être la priorité de tous nos gouvernements.

Andrew Sheer a du même souffle salué le travail du policier qui a procédé à l'arrestation du suspect, celui des premiers répondants et aussi des citoyens qui sont intervenus pour porter secours aux victimes.

Les récits de bravoure, d’altruisme et de gentillesse sont une source d’inspiration pour toute la nation.

Andrew Sheer, chef du Parti conservateur du Canada

Évoquant une attaque horrible dans un communiqué rendu public lundi soir, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a déclaré qu'il ne fallait pas laisser « cette attaque semer la haine ou la division entre nous ».

Le Québec exprime sa solidarité

À l'Assemblée nationale du Québec, où le fleurdelisé du mat central a été mis en berne à la mémoire des victimes, tous les partis ont exprimé leurs condoléances et leur solidarité avec les victimes.

Le premier ministre Philippe Couillard, de son côté, a tenu à exprimer la solidarité des Québécois envers les Torontois.

En point de presse mardi, il a déclaré : « Quelle horreur! En plein milieu d’une ville moderne libre et démocratique qu’est Toronto. ».

Questionné sur la possibilité que des Québécois figurent parmi les victimes, Philippe Couillard a affirmé ne pas avoir reçu de liste ou de noms de victimes pour le moment.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a pour sa part offert à son homologue torontois, John Tory, la « collaboration » de la métropole québécoise.

Trump et Macron aux côtés des Canadiens

Donlad Trump et Emmanuel Macron sur un tribune, à Washington.

Le président des États-Unis, Donald Trump, et son homologue français, Emmanuel Macron, ont offert leurs condoléances et exprimé leur solidarité au peuple canadien.

Photo : Radio-Canada

Le président français, Emmanuel Macron, en visite cette semaine à Washington, a fait part de sa « profonde solidarité au peuple canadien ».

Le président Donald Trump a aussi fait part de ses condoléances aux Canadiens, affirmant « être de tout coeur » avec eux.

Je tiens à exprimer nos plus sincères condoléances au peuple canadien à la suite de l'horrible tragédie de Toronto qui a coûté la vie à tant d'innocents. Nous sommes de tout coeur avec les familles en deuil au Canada.

Donald Trump, président des États-Unis

Prévention et sécurité

Politique