•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseiller de Rideau-Vanier tend la main à l'Armée du Salut

Mathieu Fleury assis dans un bureau.
Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury. Photo: Radio-Canada / Trevor Pritchard/CBC
CBC

Le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury a contacté la cheffe nationale de l'Armée du Salut pour exprimer ses préoccupations au sujet du projet de complexes d'habitations controversé dans Vanier.

Il a envoyé une lettre la semaine dernière à la commissaire Susan McMillan, cheffe du territoire du Canada de l'Armée du Salut, lui signalant que l'installation de 350 lits prévus chemin de Montréal sera retardée de deux ans en raison du processus d'appel.

Dans cette lettre qu'il a publiée sur le web (Nouvelle fenêtre), le conseiller propose un partenariat entre les deux parties en attendant qu'une date d'audience soit fixée.

Il suggère aussi que, entre-temps, les deux parties proposent des « options alternatives » pour s'attaquer au problème de l'itinérance de la ville.

« Pendant ce temps, nous n’améliorons pas les services ni les conditions de vie de nos résidents qui fréquentent les refuges », écrit-il.

« [...] je crois qu’il existe des façons de travailler ensemble comme communauté et Ville à trouver des solutions de rechange qui serviraient mieux les personnes les plus vulnérables de chez nous. Et ces solutions coûteraient possiblement moins cher, entraîneraient moins de division et s’attireraient l’appui de la communauté », poursuit-il.

Maquette du projet de l'Armée du Salut Les nouveaux locaux envisagés par l'Armée du Salut dans le secteur Vanier, à Ottawa. (Archives) Photo : Armée du Salut

Le conseiller suggère aussi de chercher d'autres emplacements pour le refuge.

La ville compte de nombreux endroits dont le zonage est approprié pour un refuge et nous serions très heureux de nous asseoir avec vous chercher d’autres options

Mathieu Fleury, conseiller de Rideau-Vanier

En novembre 2017, cinq propriétaires d'entreprise ont fait appel devant la Commission des affaires municipales de l'Ontario (CAMO) dans le dossier du projet de déménagement de l'Armée du Salut.

Ils ont demandé à la Commission d’infirmer la décision du conseil municipal d’Ottawa d’autoriser l’Armée du Salut à construire un centre de traitement et d’hébergement de 350 lits sur le chemin Montréal.

Depuis le dépôt de l'appel, la CAMO a été remaniée pour devenir le Tribunal d'appel de l'aménagement local (TAAL).

L'appel aura néanmoins lieu selon les anciennes règles, a confirmé lundi un porte-parole du tribunal.

Ottawa-Gatineau

Société