•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La page Facebook du suspect de l’attaque à Toronto faisait l’éloge d’un groupe misogyne

Les détails avec Julie Emond
Radio-Canada

Une publication Facebook mise en ligne tout juste avant l'attaque mortelle au camion-bélier à Toronto sur un compte identifié comme appartenant à Alek Minassian témoigne de l'intérêt de ce dernier pour un groupe misogyne appelé Incel, de l'anglais Involuntarily Celibate, ou « célibataire involontaire ». Les membres de ce groupe rendent les femmes responsables de leurs déboires amoureux.

Un texte de Cédric Lizotte

« La rébellion Incel a déjà commencé! Nous allons renverser les Chads et les Stacys! Tous saluent le Supreme Gentleman Elliot Rodger! », peut-on lire sur la publication en question, publiée quelques minutes avant l’attaque meurtrière survenue au centre-ville de Toronto. L’authenticité de cette publication a été confirmée par Facebook, qui l’a depuis supprimée.

Elliot Rodger, l’individu nommé dans la publication, est responsable de la tuerie d'Isla Vista, en Californie, qui s'est déroulée en 2014. Rodger avait publié une vidéo dans laquelle il disait sa haine des femmes, quelques heures avant de commettre son massacre. Il avait ensuite tué 6 personnes, en plus d'en avoir blessé 14 autres.

Une capture d'écran d'une publication FacebookAgrandir l’imageLa publication Facebook d'Alek Minassian. Photo : Facebook

Les groupes Incel se rassemblent virtuellement, sur des forums de discussion sur Internet, et discutent des raisons pour lesquelles, selon eux, les femmes rejetteraient leurs avances. Les « Stacys », citées dans la publication du compte de présumé tueur de Toronto, symboliseraient les jolies femmes qui les ignorent, selon eux, au profit des « Chads ».


En novembre dernier, la plateforme de discussion Reddit a banni le groupe Incel pour incitation à la violence, une nouvelle qui avait fait les manchettes du New York Times et du Guardian. Le groupe comptait alors plus de 40 000 membres.

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur l'attaque au camion-bélier

Réseaux sociaux

Société