•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attaque à Toronto : pas de menace à la sécurité nationale, selon Goodale

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale
Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale Photo: La Presse canadienne / Chris Young

« Les événements qui sont survenus sont horribles, mais ils ne semblent pas être liés de quelconque façon à une menace pour la sécurité nationale », a déclaré lundi soir le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, quelques heures après qu'une fourgonnette eut happé des piétons dans la rue Yonge à Toronto, tuant 10 personnes.

« Aucune indication ne semble laisser croire qu'il faille changer le niveau de sécurité » au pays, avait-il déclaré plus tôt dans la journée à propos de cet événement qu'il a qualifié de « très sérieux ».

En point de presse avec le chef adjoint de la police de Toronto, Peter Yuen, et le maire John Tory, M. Goodale avait alors mentionné qu’il ne pouvait en dire davantage sur cette attaque et que la responsabilité de le faire revenait aux corps policiers impliqués dans l’enquête, soit la police de Toronto ainsi que la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et la police provinciale ontarienne.

Dans le tweet en anglais qu'il a écrit après son point de presse d'après-midi pour saluer le travail des policiers torontois et des premiers répondants, il a parlé d'une « attaque horrible ». Son équipe a par la suite précisé que ces mots avaient été utilisés pour indiquer l'ampleur de la violence, non pas dans le sens d'une attaque terroriste. Il ne les avait pas utilisés dans son gazouillis sur le même thème en français.

Par ailleurs, Ralph Goodale de même que la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, députée de la région de Toronto, ont tous les deux offert leurs condoléances aux familles.

« Je peux vous dire que ça me touche et que mes pensées vont vers les victimes et leurs proches », a déclaré M. Goodale.

« Nos coeurs sont alourdis par les événements. […] C’est un moment fort triste », a affirmé pour sa part Mme Freeland.

Les ministres Ralph Goodale et Chrystia Freeland Les ministres Ralph Goodale et Chrystia Freeland Photo : La Presse canadienne / Chris Young

« C’est une situation très tragique, a quant à elle déploré la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne. C'est un événement éprouvant qui ne représente pas ce que nous sommes en tant que ville, en tant que province ». Elle a souligné être en contact avec la mairie torontoise et le gouvernement fédéral.

Une attaque « tragique et insensée »

Le premier ministre Justin Trudeau s'est dit « profondément attristé » par cette attaque « tragique et insensée » survenue à Toronto, offrant du même coup ses condoléances aux proches de ceux qui ont été tués.

Nous devrions tous pouvoir nous sentir en sécurité lorsque nous nous promenons dans nos villes et nos communautés.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Le premier ministre a aussi remercié les premiers répondants, par voie de communiqué, pour avoir fait face au danger sans hésitation. « Les efforts qu’ils ont déployés ont sans doute sauvé des vies et prévenu d’autres blessés », a-t-il souligné.

« Avec toute la rigueur de la loi »

Le chef de l'opposition officielle, Andrew Sheer, a également offert ses condoléances aux proches des victimes et offert son réconfort aux blessés et aux personnes qui ont été témoin de la tragédie.

Souhaitant que l'auteur de l'attaque « doit être poursuivi avec toute la rigueur de la loi », le chef du Parti conservateur a rappelé que la sécurité des Canadiens doit être la priorité de tous nos gouvernements.

Andrew Sheer a du même souffle salué le travail du policier qui a procédé à l'arrestation du suspect, celui des premiers répondants et aussi des citoyens qui sont intervenus pour porter secours aux victimes.

Les récits de bravoure, d’altruisme et de gentillesse sont une source d’inspiration pour toute la nation.

Andrew Sheer, chef du Parti conservateur du Canada

Évoquant une attaque horrible dans un communiqué rendu public lundi soir, le Nouveau Parti démocratique (NPD) a déclaré qu'il ne fallait pas laisser « cette attaque semer la haine ou la division entre nous ».

Plus tôt, lors de la période de questions aux Communes, les partis d’opposition avaient également témoigné leur sympathie aux victimes et à leurs familles.

Le Québec solidaire

L’événement a aussi eu des échos à l'Assemblée nationale du Québec, où le fleurdelisé flottant au haut du du mat central a été mis en berne à la mémoire des victimes.

Sur Twitter, le premier ministre Philippe Couillard a souhaité exprimer la solidarité des Québécois. « Nos pensées vont aux victimes et à leurs proches. Exprimons notre solidarité envers Toronto », écrit-il.

Les chefs du Parti québécois et de la Coalition avenir Québec, Jean-François Lisée et François Legault, ont fait de même, affirmant tous les deux être « de tout coeur » avec les Torontois.

De son côté, le ministre de la Sécurité publique du Québec, Martin Coiteux, a dit ne pas avoir de raison de relever le niveau d’alerte dans la province.

Il n’y a pas de mesures additionnelles qui doivent être prises pour l’instant, pour la simple et bonne raison que le niveau de risque n’a pas été relevé par le gouvernement fédéral.

Martin Coiteux, ministre de la Sécurité publique du Québec

Mais si la situation change, « on avisera et on prendra les moyens nécessaires », a-t-il assuré, en ajoutant que la Sûreté du Québec (SQ) travaillait étroitement avec la GRC dans le dossier.

Montréal de tout coeur avec Toronto

De son côté, Valérie Plante, la mairesse de Montréal, a offert à son homologue torontois la « collaboration » de la métropole québécoise.

« Toutes nos pensées sont avec les familles des victimes, avec toute la communauté de Toronto », a-t-elle assuré, à la sortie de la séance mensuelle du conseil municipal.

Cette dernière s'est également voulue rassurante. « C’est une situation que l’on suit de près, pour voir s’il pourrait y avoir des répercussions ici, à Montréal. Mais le niveau d’alerte demeure inexistant », a-t-elle précisé.

Alors que la saison des festivals approche, Valérie Plante a également souligné que des mesures de sécurité sont déjà « mises en place ».

« Pour chaque grand évènement, Montréal s’adapte, a-t-elle ajouté. Ce sont de nouvelles réalités qu’on doit considérer. On est déjà prêts ».

Les drapeaux de l'hôtel de ville ont été mis en berne lundi soir.

« Profonde solidarité »

Le président français, Emmanuel Macron, en visite cette semaine à Washington, a fait part de sa « profonde solidarité au peuple canadien » sur Twitter.

La Maison-Blanche a quant à elle adressé ses « pensées et prières aux familles des victimes ». Elle a aussi offert au gouvernement canadien « toute l'aide nécessaire ».

« Nous sommes avec les Canadiens ce soir, alors qu'ils pleurent leurs proches », a déclaré le vice-président Mike Pence sur Twitter.

Un bandeau annonçant le dossier de Radio-Canada sur l'attaque au camion-bélier

Prévention et sécurité

Politique