•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lock-out à l'ABI : Lucien Bouchard nommé médiateur spécial

Lucien Bouchard
Lucien Bouchard Photo: Radio-Canada / RDI
Radio-Canada

Québec nomme l'ex-premier ministre Lucien Bouchard comme médiateur spécial afin de rapprocher les parties dans le dossier du conflit de travail à l'Aluminerie de Bécancour (ABI).

Le conciliateur au dossier, Jean Nolin, accompagnera Me Bouchard afin de faciliter l'intervention.

Dans un communiqué de presse publié lundi après-midi, la ministre responsable du Travail, Dominique Vien, a déclaré que Québec « est grandement préoccupé par ce conflit de travail, tant pour le sort des familles concernées que pour les conséquences sur l'économie de la région ».

L’histoire se répète pour Lucien Bouchard, qui avait été nommé médiateur spécial pour dénouer un conflit de travail à l’ABI en 2011.

L’annonce de la nomination d’un médiateur spécial survient quelques jours après une sortie commune d’élus de la Mauricie et du Centre-du-Québec, qui avaient interpelé Québec dans le dossier de l’Aluminerie de Bécancour.

La ministre Dominique Vien avait annoncé jeudi que Québec comptait nommer un médiateur spécial dans le dossier du lock-out actuel à l’ABI.

ABI a mis ses 1030 employés en lock-out le 11 janvier dernier, après le rejet de l’offre patronale pour le renouvellement des conventions collectives.

Les trois conventions collectives sont échues depuis le 22 novembre 2017.

L'Aluminerie de Bécancour est l'employeur privé le plus important de la région du Centre-du-Québec. Elle est détenue à 75 % par Alcoa Canada et à 25 % par Rio Tinto.

Une bonne nouvelle selon le syndicat

Le syndicat qui représente les employés en lock-out de l’ABI se réjouit de l’arrivée de Lucien Bouchard dans le dossier.

Le président de la section locale 9700 des Métallos, Clément Masse, rappelle que M. Bouchard avait été appelé à intervenir comme médiateur dans un conflit précédent, en 2011 et qu’il avait alors permis de rétablir le dialogue et de trouver un terrain d’entente entre les partis.

M. Masse précise toutefois que l’employeur devra accepter de revenir à la table avant que la médiation ne reprenne.

Réaction laconique de l’ABI

De son côté, l’employeur s’est contenté d’émettre une brève déclaration pour commenter la nouvelle.

« La direction d'ABI a pour objectifs d'améliorer la productivité et la compétitivité de l’usine à long terme. Nous apprécions le support du ministère du Travail et travaillerons avec les médiateurs nommés au dossier. »

Avec les informations d'Hugo Lavallée et d'Amélie Desmarais

Relations de travail

Économie