•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du cannabis légal à Berri, Radisson, Jean-Talon et Lionel-Groulx

Feuille de plant de cannabis.

Du cannabis.

Photo : iStock / Yarygin

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les quatre premières succursales de la Société québécoise du cannabis (SQC) seront situées près des stations de métro Berri-UQAM, Radisson, Jean-Talon et Lionel-Groulx, confirme l'administration Plante.

Le responsable du développement économique au comité exécutif de la Ville de Montréal, Robert Beaudry, a indiqué aux médias lundi que la Société des alcools du Québec (SAQ) – qui aura la responsabilité de créer la SQC – avait accepté sa demande quant à l'emplacement de ces quatre premiers points de vente.

Les adresses de ces succursales ne sont pas encore connues, mais l'administration a fait valoir auprès de la SAQ qu'il valait mieux pour l'instant ne pas créer de « nouveaux lieux de consommation » et opter pour des endroits déjà connus des amateurs.

Une deuxième phase d'implantation pourrait suivre quelques semaines plus tard pour éviter une trop forte concentration de consommateurs autour des premiers points de vente. Cette « phase 2 » pourrait prévoir quatre autres points de vente, a suggéré M. Beaudry.

En attendant, la Ville de Montréal et son service de police se prépareront à accueillir les premiers clients, qui risquent d'être nombreux à vouloir s'approvisionner légalement dans les jours qui suivront l'ouverture de ces premières succursales.

« [Mais] quand on parle de foules agglutinées devant les dispensaires, si on est capable de gérer une foule devant les nouveaux iPhone 7, devant les Apple Store, je pense que nos policiers sont très bien équipés aussi pour gérer des foules qui seraient devant des dispensaires de cannabis », a assuré M. Beaudry.

Le projet de loi légalisant la vente de cannabis devrait entrer en vigueur cet été.

La SAQ prévoit pour l'instant ouvrir une vingtaine de succursales d'ici la fin de 2018. Montréal, de par son importante population, devrait en accueillir environ la moitié.

« C'est censé ouvrir en même temps que la loi va être effective. »

— Une citation de  Robert Beaudry, responsable du Développement économique au comité exécutif

Il faudra toutefois « faire attention », a prévenu M. Beaudry, puisque les personnes les plus vulnérables de la société auront accès à ces points de vente. Celle située près de la station de métro Berri-UQAM, par exemple, se trouve près de plusieurs refuges pour personnes itinérantes.

C'est d'ailleurs pour faciliter cette transition législative qu'un comité d'experts a été créé, a rappelé lundi la conseillère Rosanie Filato, qui siège à ce comité aux côtés de M. Beaudry.

Ce comité, composé d'une dizaine de personnes, comprend aussi des médecins, des criminologues et des représentants du milieu communautaire. Il continuera à donner son avis sur les meilleurs endroits où ouvrir les futures succursales de la SQC, même si c'est la SAQ qui aura le dernier mot.

Dans tous les cas, aucun local n'a encore été loué, a précisé lundi M. Beaudry.

De son côté, le chef de l'opposition officielle, Lionel Perez, a accusé l'administration de « faire des annonces pour faire des annonces » et réclamé un « portait d'ensemble » de la situation. « L'administration démontre encore une fois que leur tactique de communication, c'est de faire des annonces à la pièce, très ponctuelles, de ne pas partager toute l'information, pour faire soi-disant des bons coups », a-t-il analysé.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a pour sa part refusé de commenter la décision de la Ville d'autoriser des points de vente de cannabis. Selon son porte-parole, Ian Lafrenière, il s’agit d’une décision politique qui ne relève pas du SPVM.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !