•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Chez Miville Couture

    Miville Couture costumé posant devant un caméraman avec un cigare.
    L'animateur Miville Couture faisant une de ses célèbres imitations pour l'émission Chez Miville, 4 novembre 1957. Photo: Radio-Canada / Henri Paul

    Il y a 50 ans, un grand artisan de Radio-Canada nous quittait : Miville Couture. De nos archives, portrait de cet annonceur, animateur, comédien et, surtout, pionnier de la radio de Radio-Canada.

    Lorsque Miville Couture est engagé comme annonceur en 1941, Radio-Canada n’existe que depuis cinq ans. Il se forge rapidement une réputation avec sa grande culture, son français impeccable et sa connaissance de plusieurs langues étrangères.

    Dès 1944, il est nommé annonceur en chef de la radio. Il deviendra une référence pour ses collègues, parmi lesquels René Lecavalier et, plus tard, Henri Bergeron.

    À l’époque, Radio-Canada ne compte que 200 employés. Les annonceurs sont donc appelés à faire de tout.

    Derrière un micro, dans un studio de radio, le comédien Miville Couture.Miville Couture, lors d'un enregistrement du radioroman La Pension Velder, en 1940. Photo : Radio-Canada / Henri Paul

    En plus de son rôle d’annonceur, Miville Couture est invité à jouer la comédie. Retenu pour trois épisodes du populaire radioroman La fiancée du commando, il y jouera durant cinq ans. Il interprétera aussi mille et un personnages dans le radiofeuilleton Quelles nouvelles?

    Il parle sept langues et ne les a pas toutes dans sa poche.

    Roger Baulu

    Notre montage d’archives dresse le fil de la carrière de Miville Couture. Sa voix, sans doute la plus familière des ondes de Radio-Canada, se prête d’abord à la lecture des bulletins de guerre. Comme nos archives le montrent, il le fait dans plusieurs langues.

    C’est aussi lui, la voix derrière le fameux « trait prolongé » du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), en 1941.

    Aujourd’hui encore, le signal horaire est diffusé à midi sur tout le réseau français de la radio de Radio-Canada afin de permettre aux auditeurs de s’ajuster à l’heure scientifique précise du CNRC.

    Le P'tit train du matin

    Dans un studio de radio, la chroniqueuse Lisette LeRoyer, l'animateur Miville Couture,
le réalisateur Roger De Vaudreuil et l'animateur René Lecavalier, sont assis autour d'une table, un micro suspendu entre eux.Les coanimateurs de l'émission Le P'tit train du matin Miville Couture et René Lecavalier entourés du réalisateur Roger De Vaudreuil et de la chroniqueuse Lisette LeRoyer, en octobre 1950. Photo : Radio-Canada / Jac-Guy

    Après la guerre, Miville Couture imagine avec ses amis René Lecavalier et Eugène Cloutier une émission de sketches et de chansons liés à l’actualité.

    L’émission quotidienne Le P’tit train du matin tiendra l’antenne durant cinq ans, de 1947 à 1952. Couture y fait connaître ses talents humoristiques. Il ne tombe jamais dans la facilité, mais use de nombreux jeux de langue.

    Chez Miville

    En 1956, plusieurs de ses personnages colorés le suivront à l’émission Chez Miville, dont il prend la barre. Diffusé tous les matins de la semaine dans l’ensemble du réseau français de Radio-Canada, Chez Miville prend le pari de la bonne humeur.

    Au programme : des sketches humoristiques, des parodies d’émissions et de personnalités, le tout parsemé de commentaires sur l’actualité, en compagnie d'un artiste invité.

    Cet extrait de l’émission Chez Miville tourné le 10 juin 1960 donne une idée de l’ambiance qui règne sur le plateau. Avec ses compères Jean Matthieu et Jean Morin, Couture incarne une trentaine de personnages réguliers. D’autres s’ajoutent au groupe, au gré de l’actualité.

    Parmi ses personnages les plus célèbres : l’Anglais Lord HiFidelity, le cheik Mohammed Ben Tuttu, l’Italien Rocco Panini et l’Allemand Herr Kratz.

    Miville Couture posant, main tendue, avec un long foulard, un chapeau et une cigarette.L'animateur Miville Couture dans son rôle du Parisien Bébert, en septembre 1958 Photo : Radio-Canada / Jac-Guy

    D’abord enregistrée en direct le matin, l’émission est par la suite préenregistrée devant un public qu’on reçoit au studio 11. Le studio loge une cinquantaine de personnes et il faut réserver sa place.

    Chez Miville, c’est 75 000 auditeurs fidèles chaque matin, les plus hautes cotes d’écoute de l’époque à la radio de Radio-Canada. L’émission rayonnera même à l’international.

    Miville Couture de l'autre côté de l'Atlantique

    Dans les années 60, l’émission Chez Miville se déplace à deux reprises en France. Ces voyages sont commentés par Miville Couture dans le documentaire Chez Miville en France.

    En plus de produire une série d’émissions, l’équipe prend le temps de visiter les lieux. Dans l’extrait que vous vous présentons, Miville Couture s’attarde aux attraits de Paris tout au long de la Seine. Une émission sera enregistrée à bord de ce même bateau-mouche.

    C’est dans ces mêmes années, en 1961, que Miville Couture remportera en Espagne le prix Ondas. Une reconnaissance internationale de la qualité de l’émission Chez Miville.

    Miville Couture habillé sobrement, mi-sourire, regardant au loin.L'animateur Miville Couture, le 12 septembre 1966 Photo : Radio-Canada / André Le Coz

    Atteint d’un cancer, Miville Couture quitte les ondes en 1967. L’animateur cultivé et polyglotte dont on retient aussi le talent de comédien s’éteint le 24 avril 1968. Il était âgé de 51 ans.

    Son émission lui survit sous l’animation de René Caron. Elle sera retirée de la programmation en 1970.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    Arts