•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Une guerre de 40 ans en Afghanistan

    On voit une image floue d'un blindé soviétique patrouillant en terrain afghan.
    Il y a 40 ans, l'Union soviétique envahissait l'Afghanistan Photo: Radio-Canada
    Radio-Canada

    L'Afghanistan connaîtra-t-il un jour la paix? Le 27 avril 1978 a eu lieu dans la ville de Kaboul un coup d'État qui a aspiré les Afghans dans une interminable spirale de guerre. Nos archives ont témoigné de cet événement tout en ne se doutant pas, à l'époque, de son importance pour la politique internationale en 2018.

    Ce coup d’État brutal met fin au gouvernement du général Daoud, qui, cinq ans auparavant, avait renversé la monarchie afghane.

    Téléjournal, 27 avril 1978

    Au Téléjournal du 27 avril 1978, l’animateur Normand Harvey décrit la situation. Le président Daoud a été fait prisonnier ou exécuté. Les putschistes décrètent que leur régime sera fondé sur l’islam, la démocratie et le progrès du peuple. Derrière ces promesses se cache un autre projet. Les nouveaux maîtres de l’Afghanistan sont d’allégeance communiste et s’alignent sur l’Union soviétique.

    Quelques mois passent. Le régime pro-Moscou et son président, Hafizullah Amin, sont intensément haïs par la population. Les réformes qu’ils imposent heurtent la très profonde foi des Afghans dans l’Islam. Une résistance islamique armée se soulève aux quatre coins du pays. La situation est intenable et les Soviétiques décident d’envahir militairement l’Afghanistan.

    Noir sur blanc, 8 janvier 1980

    Le 8 janvier 1980, Denise Bombardier anime l’émission Noir sur blanc. Elle propose un épisode spécial auquel elle a convié André Patry, un des plus grands analystes québécois de la politique internationale à cette époque. Il décortique les raisons de cette invasion.

    Ce qui explique ce geste [l’intervention soviétique], c’est que le régime Amin […] était devenu tellement impopulaire – il avait emprisonné des milliers de gens dans toutes les régions du pays – que l’armée s’était révoltée. L’armée afghane était en train de passer au maquis, aux traditionnels islamiques.

    André Patry, analyste en politique internationale

    Les soldats soviétiques ne s’imaginaient pas dans quel guêpier Moscou venait de s’embourber en occupant l’Afghanistan. La décision soviétique équivaut à neuf ans et demi d’enfer pour l’armée rouge.

    Le 15 février 1989, les Soviétiques quittent piteusement l’Afghanistan. Pendant cette période, ils ont laissé dans les cimetières 13 000 de leurs soldats, ont rapatrié 53 000 blessés et ont soigné 415 000 soldats malades.

    Les Soviétiques abandonnent aussi un pays exsangue et ravagé par les guérillas islamistes. De ce chaos naîtront les talibans. Ces derniers inviteront un jour le chef du groupe terroriste Al-Qaïda, Oussama ben Laden, à se réfugier en Afghanistan. On connaît la suite…

    Le 11 septembre 2001, l'État défaillant afghan projette sans avertissement ses métastases aux États-Unis et sur toute la planète.

    Il faut donc s’en souvenir. Un des grands fléaux qui influencent la conduite de notre monde actuel apparaît le 27 avril 1978 en Afghanistan.

    Encore plus de nos archives

    Archives

    International