•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trou noir : des manifestants s’inquiètent pour la saison à venir du crabe

Le premier ministre Justin Trudeau est épinglé par ce manifestant qui le présente en Pinocchio.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Radio-Canada

Le plan d'Ottawa et du Nouveau-Brunswick pour régler la question du trou noir de l'assurance-emploi n'a pas mis fin à la grogne des travailleurs saisonniers. La courte saison de pêche au crabe qui s'annonce ajoute à leur inquiétude.

Ils étaient près de 200 à manifester, encore une fois, lundi matin, près du bureau de circonscription du ministre Serge Rousselle, à Tracadie. En fin de matinée, ils se sont déplacés vers la rue Principale, entravant ainsi la circulation.

Des manifestants qui marchent sur la rue Principale à TracadieAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

À un certain moment, des manifestants ont décidé de marcher sur la rue Principale, à Tracadie.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Ces travailleurs saisonniers rejettent le plan annoncé le 20 mars par les gouvernements fédéral et provincial pour régler à court terme le problème du « trou noir », cette période sans revenus à laquelle sont confrontés les travailleurs lorsque leur admissibilité à l’assurance-emploi est échue, mais que leur emploi saisonnier n’a pas encore repris.

Ottawa et Fredericton offraient aux travailleurs de la formation ou sept semaines d’expériences de travail, ce printemps, en attendant la reprise des emplois saisonniers.

Le travail dans les usines de transformation de la Péninsule acadienne devrait reprendre prochainement, lorsque les pêcheurs de crabe des neiges pourront reprendre la mer.

Des manifestants contre le trou noir écoutent un discours à Tracadie.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Ils étaient environ 200 manifestants, lundi matin, au centre-ville de Tracadie.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Or cette saison s’annonce plus courte que d’habitude, ce qui risque de perpétuer le problème du trou noir.

Le quota de pêche au crabe a diminué, cette année, et devrait être pêché plus rapidement, sans compter que Pêches et Océans Canada a imposé des mesures de protection des baleines noires qui auront aussi pour effet d’écourter la saison.

Le ministre néo-brunswickois Serge Rousselle s'adresse aux manifestants.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre néo-brunswickois Serge Rousselle s'adresse aux manifestants.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Les travailleurs d’usine risquent donc d’avoir de la difficulté à accumuler suffisamment de semaines de travail pour être admissibles à l’assurance-emploi pendant la saison morte, et pour ceux qui sont admissibles, les prestations risquent de ne pas durer assez longtemps pour leur éviter le trou noir.

Ils ne croient pas que les solutions avancées par le fédéral et Fredericton sont durables.

Ils demandent la création d'une table de concertation pour en proposer d'autres.

Dans son budget de février, le gouvernement Trudeau a annoncé des investissements de 80 millions de dollars cette année et de 150 millions de dollars en 2019-2020 pour tenter de régler durablement le problème du trou noir. Ces sommes doivent être dépensées sur des initiatives de développement de la main-d'oeuvre, conjointement avec les provinces.

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches