•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Élections municipales partielles : des maires élus sans opposition au N.-B.

Insertion d'un bulletin de vote dans une tabulatrice au Nouveau-Brunswick
Les dernières élections municipales ont eu lieu le 9 mai 2016, au Nouveau-Brunswick. Photo: Radio-Canada

Les jeux sont déjà faits dans plusieurs localités du Nouveau-Brunswick, où des élections municipales partielles doivent avoir lieu le 14 mai pour pourvoir des postes vacants de maires ou de conseillers.

La période de mise en candidature se terminait vendredi à 14 h, et des maires et conseillers ont été élus sans opposition.

C’est le cas à Bas-Caraquet, où Roger R. Chiasson succédera à la mairesse Agnès Doiron, qui a démissionné en décembre dernier. Elle disait vouloir faire place à du sang neuf. Roger R. Chiasson était déjà conseiller municipal et maire suppléant au Village de Bas-Caraquet.

À Saint-Léolin, Guy Cormier est le nouveau maire. Il remplace Mathieu Chayer, qui a démissionné en novembre dernier lorsqu’il est devenu coordonnateur régional des urgences pour la Péninsule acadienne et la région de Miramichi. M. Cormier était déjà maire suppléant de Saint-Léolin.

Victor Bertin est par ailleurs élu conseiller sans opposition à Saint-Léolin.

Le Village de Grande-Anse sera dirigé par Gilles Thériault, également élu sans opposition à la mairie. Il remplace Daniel Lanteigne, qui avait démissionné en octobre dernier, à peine élu comme maire. Gilles Thériault était maire par intérim depuis cette démission. Il avait déjà présidé aux destinées de Grande-Anse pendant deux mandats, dans les années 1990.

Le candidat Denis Savoie a également été élu sans opposition conseiller municipal, à Grande-Anse.

Un désintérêt généralisé

Des postes de conseillers ont aussi été pourvus sans opposition dans d’autres municipalités francophones. Ainsi, Carole Doyle devient conseillère à Kedgwick et Maxime Lejeune conseiller à Pointe-Verte.

Selon le nouveau maire de Grande-Anse, Gilles Thériault, il est très difficile d'intéresser les résidents de petites localités à des postes au sein de conseils municipaux.

« C’est généralisé dans toutes les petites municipalités. Dans notre cas, on a une population de 900 personnes et c’est pas évident de trouver les ressources humaines, qui ont le temps surtout de s’impliquer dans la gestion municipale. »

L'engagement en politique municipale peut pourtant être très enrichissant, selon lui. Sa municipalité, dit-il, a un grand potentiel en matière de développement touristique même si elle peine à maintenir certaines infrastructures comme l'aréna.

« C’est un défi, mais je crois qu’il faut que les gens s’impliquent dans la gestion de leur municipalité. Faut aller de l’avant », lance-t-il.

Des élections municipales partielles auront lieu comme prévu le 14 mai dans huit municipalités du Nouveau-Brunswick pour choisir des conseillers. Aucun candidat ne s’est présenté pour des postes de conseillers dans deux municipalités, soit Florenceville-Bristol et Nackawic.

Nouveau-Brunswick

Politique municipale