•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Exclusif
  • Québec intensifie sa lutte contre les surdoses mortelles liées aux opioïdes

    Gros plan sur des mains qui tiennent une petite boîte carrée avec une croix rouge sur laquelle est inscrit naloxone.
    Une trousse de naloxone Photo: Radio-Canada / Chris Ensing/CBC

    Radio-Canada a appris que le gouvernement du Québec autorisera des organismes communautaires à distribuer de la naloxone, l'antidote aux opioïdes, directement aux toxicomanes. Grâce à cette mesure, le gouvernement cherche à étendre l'accessibilité au médicament et à prévenir une vague de surdoses mortelles liées aux opioïdes.

    Un texte de Jean-Philippe Robillard

    Québec répond ainsi aux demandes répétées de plusieurs groupes communautaires de Montréal qui réclamaient depuis plusieurs mois de pouvoir distribuer directement le précieux antidote.

    Les toxicomanes doivent actuellement se rendre dans une pharmacie pour obtenir une trousse de naloxone.

    Toutefois, selon plusieurs organismes communautaires, qui leur viennent en aide, peu d'entre eux se déplacent chez le pharmacien pour se procurer l’antidote.

    Les toxicomanes craindraient notamment d’être dénoncés aux autorités policières s'ils se présentent dans une pharmacie.

    Avec les changements apportés par Québec, les organismes communautaires vont donc pouvoir former les toxicomanes sur l’utilisation de la naloxone et leur donner directement le médicament. Ils vont pouvoir s’approvisionner auprès des établissements de santé.

    En novembre dernier, le gouvernement a rendu la naloxone disponible gratuitement dans les pharmacies de la province pour toute personne de 14 ans et plus.

    On compterait près de 4000 utilisateurs de drogues injectables à Montréal. Chaque année, environ 70 personnes meurent d'une surdose, dont 17 par drogue injectable.

    Santé publique

    Santé