•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Martine Ouellet a bon espoir de rester en poste

Les délégués du Bloc québécois diront dimanche prochain s'ils veulent que Martine Ouellet demeure leur chef.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, s'apprête à jouer son avenir politique. Mais elle assure que « tout va bien » et que son équipe et elle « continuent d'avancer » malgré le « brouhaha ».

Les délégués du Bloc québécois devront décider dimanche prochain à Drummondville, en conseil général, s'ils approuvent le plan de sortie de crise proposée par Martine Ouellet.

Et s’ils donnent le feu vert à son plan actuel, les quelque 20 000 membres du parti devraient passer au vote par le biais du téléphone et du web, les 1er et 2 juin prochain, pour répondre à deux questions référendaires.

L’une d’elles leur demandera s’ils lui renouvellent ou non leur confiance. Et si ce n'est pas le cas, elle quittera ses fonctions.

Ça va être le choix des membres et je vais respecter le choix des membres.

Martine Ouellet, chef du Bloc québécois, en entrevue à Radio-Canada

Elle croit qu’elle l’emportera. Elle se contenterait d'une majorité simple – 50 % des votes plus un – pour demeurer en poste.

L’autre question leur permettra d’appuyer ou non son intention d’axer les actions quotidiennes du Bloc autour de la promotion de l'indépendance.

Selon Martine Ouellet, la promotion de l'indépendance doit avoir préséance sur la défense des intérêts du Québec, alors que les sept députés qui ont quitté la formation il y a deux mois pensent le contraire.

Elle leur reproche d'aller à l'encontre des positions adoptées par les militants : « Je trouve que c'est dommage que sept personnes comme ça se permettent de ne pas respecter la démocratie interne. Et, après ça, je vous dirais, de faire du salissage. »

Les sept députés dissidents du Bloc québécois en point de presse

Sept députés du Bloc québécois ont indiqué qu'ils quittaient le parti. Gabriel Ste-Marie, Michel Boudrias, Luc Thériault (au micro), Rhéal Fortin, Simon Marcil, Louis Plamondon et Monique Pauzé siégeront dorénavant comme indépendants.

Photo : Radio-Canada

Retour possible de démissionnaires

Martine Ouellet assure que, si elle gagne les deux référendums, elle sera à la tête du Bloc québécois aux prochaines élections fédérales.

Elle croit que certains députés démissionnaires pourraient alors décider de rentrer au bercail.

« Je sais que certains députés […] continuent même à faire du financement pour le Bloc québécois alors qu'ils n'ont plus la bannière, dit-elle, sans vouloir donner de détails. Et donc je crois qu'ils vont vouloir revenir au Bloc québécois pour pouvoir se présenter aux élections en 2019. »

Le 28 février dernier, 7 des 10 députés du Bloc avaient claqué la porte, en accusant la chef d'intransigeance. « On n'est pas capables de travailler ensemble. Il n’y a pas d'écoute. C'est soit la soumission ou le "cause toujours mon lapin" », avait alors déploré le député Gabriel Ste-Marie.

« J'ai une forte personnalité, mais lorsque les gens disent que je suis intransigeante ou que je suis contrôlante, ce n'est pas vrai du tout », répète Martine Ouellet.

Je trouve ça assez surprenant d'entendre ça, surtout de gens du Bloc québécois après les chefs qu'ils ont eus. Par exemple, [Gilles] Duceppe est pas mal plus contrôlant, d’après ce que j'en ai entendu.

Martine Ouellet, chef du Bloc québécois, en entrevue

Avec les informations d’Olivier Bachand

Politique fédérale

Politique