•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prix du pétrole brut en hausse : optimisme modéré en Alberta

Un chevalet de pompage près de Cremona, au sud de l'Alberta.

Le secteur pétrolier devrait retrouver son seuil de rentabilité cette année, selon le Conference Board du Canada.

Photo : La Presse canadienne / Jeff McIntosh

Radio-Canada

Un vent d'optimisme prudent souffle sur l'économie pétrolière alors que les prix du pétrole brut nord-américain ont atteint leurs plus haut niveau depuis 2016, selon une experte.

Un texte de Virginie Dallaire

Le prix du pétrole brut américain, le West Texas Intermediate ( WTI ), se chiffrait à 68,40 $ US samedi après-midi tandis que celui du Western Canada Select ( WCS ), le brut canadien, était de 47,83 $ US.

Cette hausse soudaine des prix s’expliquerait en partie par une baisse des réserves de pétrole brut mondial. L’agence d’information de l’énergie des États-Unis a rapporté, la semaine dernière, que les réserves de pétrole brut du pays ont chuté de plus d’un million de barils en raison de la forte demande d’essence, en prévision de la saison estivale.

Judith Dwarkin, économiste chez RS Energy Group, à Calgary, note qu'il s'agit du plus haut taux depuis que les prix ont chuté sous la barre des 30 $ US en 2016.

Les tensions au Moyen-Orient, notamment entre les États-Unis et l’Iran, ont aussi un rôle à jouer dans cette augmentation, estime Mme Dwarkin. « Il y a une grande incertitude politique qui règne en ce moment au Moyen-Orient, particulièrement en Syrie et au Yémen », explique-t-elle.

Selon Martin Pelletier, gestionnaire de portefeuille pour la firme TriVest Wealth, les entreprises doivent toutefois faire preuve de patience avant de planifier en fonction de cette inflation.

« Je préfère plutôt de parler d’excitation modérée, car on ne sait pas combien de temps [ cette hausse ] va durer », affirme-t-il.

Selon le Conference Board du Canada, l’industrie pétrolière du pays devrait retrouver sa rentabilité cette année, avec un profit estimé à 1,4 milliard de dollars.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Industrie pétrolière