•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une marche de 561 kilomètres pour une bonne cause

Jean-David Pelletier et son chien.
Jean-David Pelletier et son compagnon de route, Billibob, âgé de 13 ans. Photo: Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher
Radio-Canada

Parcourir à pied la distance entre Montréal et Rimouski : c'est le défi que s'est lancé Jean-David Pelletier. Accompagné de son chien Billibob, il était dans le Kamouraska samedi.

Un reportage de Jérôme Lévesque-Boucher

Jean-David Pelletier et son chien Billibob prenaient une petite pause le long de la route 132, à Saint-Denis-de-la-Bouteillerie, lorsque nous l'avons rencontré. Relationniste de métier, le Montréalais marche environ 30 kilomètres par jour.

J'ai un mois devant moi avant de recommencer à travailler. Un mois, à 30 kilomètres par jour, ça m'amène à Rimouski. Je ferais 40 kilomètres par jour, mais Billibob, à 13 ans, a besoin de repos.

Jean-David Pelletier

Il s'est rendu au Salon du livre de Québec pour y présenter La folle tournée de Johnny-D, livre qui relate son périple de 1000 kilomètres à la marche en Italie. Après cette escale, il a mis le cap sur le Bas-Saint-Laurent.

Jean-David Pelletier profite de son aventure pour soutenir une bonne cause.

Jean-David Pelletier et Billibob marchent le long de la route 132, à Saint-Denis-de-la-Bouteillerie.Si tout se déroule comme prévu, Jean-David Pelletier et Billibob arriveront à Rimouski le 27 avril prochain. Photo : Radio-Canada / Jérôme Lévesque-Boucher

« Mon objectif est d'amasser 10 000 $ pour la Fondation Jeunes en tête. C'est une fondation qui vient en aide aux jeunes de 11 à 18 ans qui ont des difficultés psychologiques. Ils vont dans les écoles, démystifient ce que c'est et brisent les tabous pour qu'on en parle ouvertement », explique Jean-David Pelletier.

Il amasse ces dons au moyen d'une plateforme de sociofinancement accessible par sa page Facebook, intitulée La folle tournée de Johnny-D. La cause lui est chère puisqu'elle le touche personnellement.

J'ai eu une adolescence difficile. Je me faisais mettre à la porte des écoles, je consommais de la drogue. Jusqu'au jour où on a découvert que je souffrais de dépression. Si Jeunes en tête avait existé à ce moment, j'aurais pas eu à passer par autant d'institutions.

Jean-David Pelletier

Malgré les conditions météorologiques difficiles des dernières semaines, Jean-David Pelletier pense aux jeunes et continue de marcher. Si tout se passe comme prévu, le Montréalais et son fidèle compagnon arriveront à Rimouski le 27 avril. Que fera-t-il à son arrivée?

« Je vais prendre une bonne bière. Définitivement. »

En fin de journée, samedi, Jean-David Pelletier avait déjà recueilli plus de 7000 $.

Bas-Saint-Laurent

Engagement communautaire