•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les auto-injecteurs d’épinéphrine sont-ils assez accessibles?

Une trouve contenant deux doses de la marque EpiPen.

Be Ready Health Care, une entreprise du Nouveau-Brunswick, a déjà installé des trousses d'épinéphrine dans près de 400 établissements.

Photo : Radio-Canada / Wildinette Paul

Radio-Canada

Une entreprise du Nouveau-Brunswick s'est donné comme mission de rendre les auto-injecteurs d'épinéphrine aussi accessibles que les défibrillateurs et les trousses de premiers soins. Elle offre un service d'installation de trousses d'épinéphrine un peu partout au pays.

L'hôtel Amsterdam de Moncton prend ses précautions : l'établissement n'a jamais connu de crise d'allergie, mais personne n’est à l’abri d’un tel incident.

La direction a donc fait appel à l’entreprise Be Ready Health Care, qui a déjà installé des trousses d’épinéphrine dans près de 400 établissements, dont des écoles, des hôtels, des entreprises privées et des centres de sport.

L’épinéphrine, qu'est-ce que c'est?

L’épinéphrine est le médicament utilisé comme traitement d’urgence lors des crises d’allergie graves.

Sa composition est semblable à l’adrénaline, une substance chimique qui se retrouve naturellement dans le corps humain et qui est libérée avec le déclenchement de certaines émotions, comme la peur.

Les auto-injecteurs d’épinéphrine sont souvent connus sous le nom EpiPen, qui est en fait une marque parmi d’autres.

« Nous sommes tous susceptibles de développer des allergies sans le savoir, explique la présidente de l’entreprise, Kelly M. Dunfield. Donc si tu penses que tu n’as pas d’allergie, tu n’as pas [d’auto-injecteur d’épinéphrine] sur toi. »

Elle ajoute qu’il arrive que des personnes avec des allergies graves oublient leur trousse à la maison ou nécessitent une deuxième dose en cas de crise.

Pas d'accessibilité sans éducation

Mais attention : si l’accessibilité des injecteurs d’épinéphrine est importante, il faut aussi éduquer la population, assure la fondatrice de l’organisme Déjouer les allergies, Marie-Josée Bettez.

« Ce n'est pas tout d'avoir l'auto-injecteur à portée de main. Il faut quand même sur place qu’il y ait quelqu'un qui soit en mesure de reconnaître les symptômes d'une réaction allergique et qui soit en mesure d'administrer l'auto-injecteur. »

L'hôtel Amsterdam a prévu le coup : ses employés suivront une formation pour reconnaître les signes d'une réaction allergique.

Selon Be Ready Health Care, les dispositifs ont déjà permis de sauver six vies au Nouveau-Brunswick.

D’après un reportage de Wildinette Paul

Nouveau-Brunswick

Santé