•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Entente de principe pour le concessionnaire Bérubé GM de Rivière-du-Loup

L'affiche de Bérubé GM, à Rivière-du-Loup.
Les employés en lock-out doivent tout de même se prononcer prochainement sur l'entente de principe. Photo: Radio-Canada / Patrick Bergeron

Le conflit de travail chez le concessionnaire Bérubé GM de Rivière-du-Loup pourrait tirer à sa fin. Après une rencontre de conciliation qui a eu lieu plus tôt cette semaine, l'employeur et le syndicat en sont venus à une entente de principe, selon le représentant syndical des dix employés de garage en lock-out, Gilles Prud'homme.

Un texte de Jérôme Lévesque-Boucher

Le conflit de travail s'est déclenché le 8 juillet 2016. Selon Gilles Prud'homme, il s'agirait du plus long conflit actif au Québec.

Toujours selon le représentant syndical, la plupart des points en litige, notamment les salaires et le fonds de pension, étaient réglés depuis novembre dernier.

C'est sur le protocole de retour au travail qu'on ne s'entendait pas. Lors de la rencontre du 17 et du 18 [avril], les discussions n'ont porté que sur ce point de litige.

Gilles Prud'homme, représentant syndical des employés de garage de Bérubé GM
Des employés syndiqués font du piquetage devant le concessionnaire Bérubé GM.Les 13 employés de Bérubé GM sont en lock-out depuis juillet 2016. Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

En décembre dernier, le propriétaire du concessionnaire, Patrick Bérubé, avait affirmé lors d'un entretien avec un journal local qu'il n'était pas possible de réembaucher tous les employés au cours de l'hiver.

Patrick Bérubé n'était toutefois pas disponible, samedi, pour nous accorder une entrevue.

Les dix salariés touchés par ce lock-out sont des mécaniciens, des commis aux pièces, des débosseleurs, des peintres et des préposés au lavage.

Ils doivent maintenant se prononcer sur l'entente de principe. Selon Gilles Prud'homme, la date prévue pour le vote n'est pas encore déterminée.

Bas-Saint-Laurent

Économie