•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Syrie : les experts de l'OIAC ont prélevé des échantillons à Douma

Des épaves de chars dans des rues encombrées de débris.
La ville de Douma a été le lieu de violents combats entre rebelles et forces du régime. Photo: Reuters / Omar Sanadiki
Agence France-Presse

L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) a annoncé samedi que ses experts ont prélevé des échantillons dans la ville syrienne de Douma, théâtre le 7 avril d'une attaque chimique présumée qui aurait fait plusieurs dizaines de morts.

« La mission d'enquête de l'OIAC s'est rendue sur l'un des sites à Douma samedi pour prélever des échantillons », a déclaré dans un communiqué l'OIAC, ajoutant qu'une « autre visite pourrait être effectuée à Douma ».

L'équipe de l'OIAC était arrivée en Syrie le 14 avril. Le retard dans le début des inspections à Douma a été expliqué notamment par des raisons de sécurité.

« Nous allons évaluer la situation et décider des démarches futures, dont la possibilité d'une autre visite à Douma », a indiqué l'OIAC, dont le siège est à La Haye.

L'attaque chimique présumée dans la ville syrienne de Douma le 7 avril a fait au moins 40 morts, selon des secouristes.

« Les échantillons prélevés seront envoyés au laboratoire de l'OIAC à Rijswijk (dans la banlieue de La Haye), avant d'être répartis sur plusieurs laboratoires dans le monde certifiés par l'organisation », a poursuivi l'organisation, dont le rôle est de débarrasser le monde des armes chimiques.

L'attaque aux « gaz toxiques » à Douma, imputée aux forces gouvernementales syriennes par les Occidentaux, a déclenché des frappes de Washington, Paris et Londres contre des installations du pouvoir syrien et un pic de tensions diplomatiques.

La Russie a été accusée à plusieurs reprises par les Occidentaux d'entraver l'accès des inspecteurs de l'OIAC à Douma, des accusations qu'elle a rejetées avec véhémence en les qualifiant de « sans fondement ».

Conflits armés

International