•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tester les limites de la mise en marché du cannabis

Le Cannabis légal, mais la publicité illégale

Comme tous les 20 avril, des milliers de personnes se sont rassemblées dans les grandes villes du pays, notamment à Montréal, pour célébrer la Journée internationale du cannabis, la dernière avant la légalisation prévue d'ici la fin de l'été. Après cette date s'amorcera un combat sur les règles entourant la mise en marché du cannabis : certains producteurs en testent déjà les limites, ce qui irrite Québec. Explications.

Alexis Turcotte Noël, un jeune entrepreneur, dit vouloir offrir des tours guidés à saveur de cannabis cet été.

Je pense qu’à un moment donné, il faut quand même qu'on se fasse connaître.

Alexis Turcotte Noël, président de Montréal 420 Tours

Au rassemblement du parc du Mont-Royal, plusieurs autres entreprises ont distribué des objets promotionnels.

Or, le marketing des produits du cannabis n'est pas permis par la loi et ne le sera pas après la légalisation.

« Toute stratégie de marketing devrait être interdite parce qu'on sait que le marketing a une influence sur la consommation des gens », lance Émilie Dansereau-Trahan, chargée de dossiers de l'Association pour la santé publique du Québec.

L'objectif du gouvernement, tant fédéral que provincial, n'est pas d'encourager la consommation. Donc tout ce type de promotion-là, que ce soit médical ou récréatif, devrait être interdit, point final.

Émilie Dansereau-Trahan, chargée de dossiers, Association pour la santé publique du Québec

Cela n’a pas empêché d'importants producteurs de profiter de cette zone grise pour promouvoir leurs produits.

Le producteur Canopy Growth et sa marque Tweed sont même commanditaires de l'événement d'affaires C2 Montréal, prévu le mois prochain dans la métropole.

Il prétend vouloir accompagner les consommateurs actuels vers le marché licite. « On n’est pas là pour promouvoir la consommation, on est là pour déstigmatiser la consommation », laisse-t-il entendre.

D’après le reportage de Laurent Therrien

Drogues et stupéfiants

Société