•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le professeur de cégep homophobe démissionne

Jean Laberge
Jean Laberge Photo: Facebook/Jean Laberge

Le cégep du Vieux Montréal n'aura pas à renvoyer le professeur de philosophie Jean Laberge. Radio-Canada a appris qu'il a remis sa démission, ce qui met un terme à l'enquête interne. Jean Laberge maintient ses déclarations, mais demande pardon à ceux qu'il a pu offenser.

Un texte de Thomas Gerbet

Le professeur Jean Laberge était suspendu avec salaire depuis le 30 janvier pour des propos homophobes tenus en dehors de l'établissement, notamment sur sa page Facebook. Fervent catholique, il avait par exemple déclaré « les homosexuels me dégoûtent », ce qu'avaient dénoncé des étudiants.

« Nous avons dû mettre un terme à l'enquête concernant Jean Laberge, explique la porte-parole du cégep du Vieux Montréal Guylaine Fortin, celui-ci s'étant prévalu de la clause de sa convention collective lui permettant de démissionner en cours d'enquête, avant même d'en connaître les conclusions ».

Jean Laberge confirme. Vendredi, il a fait parvenir une lettre au collège dans laquelle il maintient et justifie ses déclarations passées. Il écrit par ailleurs: « Je vous pardonne de m'avoir suspendu et que je doive cesser ce que j'aime le plus au monde : enseigner. »

Interrogé par Radio-Canada, l'ex-professeur qualifie cette lettre de « démission/résurrection ». Il reproche le manque d'« ouverture d'esprit » du cégep à son égard et continue d'invoquer son droit de « philosopher ». « Je ne privilégie pas cette voie sexuelle », poursuit-il.

Si des gens se sont sentis blessés par mes propos, je leur demande pardon.

Jean Laberge

L'ex-professeur avait songé dans un premier temps à poursuivre le cégep pour défendre sa liberté d'expression, mais il y a renoncé, pensant ne pas avoir les reins assez solides financièrement.

Le mois dernier, Jean Laberge avait laissé entendre sur sa page Facebook qu'il souhaitait obtenir une entente à l'amiable avec son employeur. « Sur ce point, je ne puis rien vous révéler », répond-il aujourd'hui. De son côté, le cégep ne nous a pas répondu.

Jean Laberge enseignait au cégep du Vieux-Montréal depuis 24 ans. Il est aujourd'hui à la recherche d'un emploi, dans le domaine des soins de fin de vie.

Grand Montréal

Justice et faits divers