•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La hockeyeuse Marie-Philip Poulin prend du repos loin de la patinoire

Marie-Philip Poulin
Marie-Philip Poulin. Photo: Radio-Canada

Deux mois après la défaite crève-coeur de son équipe en finale des Jeux olympiques de Pyeongchang, Marie-Philip Poulin n'est pas pressée de retourner sur la glace.

Un texte de Jean-Philippe Martin

La hockeyeuse québécoise n’a enfilé les patins qu’à deux reprises « pour des événements spéciaux » depuis son dernier match en Corée du Sud.

Elle garde la forme en gymnase et le retour sur la glace n’est prévu que pour le mois de juin.

Les Jeux olympiques, c’est tellement une année intense. Prendre un break et faire d’autres sports, ça fait du bien. Je vais finir par m’ennuyer du hockey. En juin, ça va me faire plaisir de remettre les patins.

Marie-Philip Poulin, équipe canadienne de hockey

Pour l’instant, Marie-Philip Poulin confie qu’elle passera du temps sur le terrain de golf, sans dire toutefois si elle est aussi habile sur les verts qu'autour du filet adverse.

« Je ne peux pas te dire si je suis bonne, mais j’aime ça », lance-t-elle avec son humilité légendaire.

Marie-Philip Poulin souhaite aussi aller à la rencontre des gens qui l’ont appuyée durant la dernière année. « J’ai passé l’année à Calgary, en préparation pour les Olympiques. De pouvoir revenir en Beauce, à Québec et Montréal, de prendre le temps de redonner et aller voir les gens qui m’ont supporté, ça fait toujours plaisir. »

Passer à autre chose

Ce temps passé loin de la glace aide aussi à tourner la page sur une année chargée en émotions.

Le revers de 3-2 en tirs de barrage en grande finale des Jeux olympiques contre la formation américaine a été dur à encaisser.

« Ç’a été une année vraiment difficile. Tu mets tellement d’efforts pendant quatre ans pour te rendre au but qui est la médaille d’or. On avait une équipe incroyable. Le résultat a fait vraiment mal. »

L'or échappe aux CanadiennesL'or échappe aux Canadiennes Photo : Radio-Canada

Comme capitaine de l’équipe, Marie-Philip Poulin avoue s’être mis beaucoup de pression sur les épaules alors que le Canada tentait de remporter une cinquième médaille d’or olympique d’affilée en hockey féminin.

Ç’a été un dur coup pour moi. Je me suis posé des questions sur ce que j’aurais pu faire de mieux. Mais avec un pas de recul, je me dis que c’est plus de motivation pour les quatre prochaines années.

Marie-Philip Poulin

D’ailleurs, Marie-Philip Poulin ne serait pas fâchée du tout si la Fédération internationale de hockey sur glace modifiait son règlement sur le bris d’égalité en prévision des Jeux de Pékin en 2022.

« Je pense que dans une finale olympique, on devrait jouer en prolongation et il ne devrait pas y avoir de tirs de barrage. Mais on savait que si c’était l’égalité après la prolongation, il y aurait des tirs de barrage. On ne peut rien changer. »

D'après les informations de Michaël Roy

Hockey

Sports