•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel est le rôle de la DPJ?

La directrice de la protection de la jeunesse (DPJ) de la Capitale-Nationale, Dominique Jobin.
La directrice de la protection de la jeunesse (DPJ) de la Capitale-Nationale, Dominique Jobin. Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Bien que la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) ne puisse dire si elle avait ouvert un dossier concernant la petite Rosalie Gagnon et sa mère, des questions sont soulevées sur son rôle auprès de parents en difficulté.

Sans discuter ouvertement du cas d'Audrey Gagnon, la directrice de la protection de la jeunesse de la Capitale-Nationale, Dominique Jobin, explique que plusieurs critères sont nécessaires pour retirer des enfants.

Selon la loi sur la protection de la jeunesse, la DPJ doit déployer tous les moyens pour maintenir l'enfant dans son milieu familial.

« Si ce n'est pas possible, c'est là qu'on regarde dans le giron de la famille, et on va essayer de donner un milieu le moins déracinant possible pour cet enfant-là », explique Dominique Jobin.

Décisions rapides

Elle précise toutefois que si l'intégrité physique d'un enfant est menacée, la DPJ peut prendre des décisions rapides.

Elle donne l'exemple d'un enfant qui se trouverait en présence d'un conjoint ayant des antécédents d'agressions sexuelles.

« Si un parent ne met pas en place des moyens pour corriger la situation, à ce moment-là on va intervenir à un retrait de l'enfant ».

Dominique Jobin ajoute cependant que si un parent présente des problèmes de toxicomanie, ça ne veut pas dire que la DPJ va lui retirer la garde.

« Le parent parfois fait des démarches sérieuses pour corriger la situation, et avec l'appui des intervenants, il va pouvoir exercer son rôle », ajoute-t-elle.

Québec

Société