•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Travailler, c’est moins dur dans un espace partagé

L'homme travaille à l'ordinateur.

George Thébault-Daghert, de l'équipe de marketing Charlie Mango, au Crew Café.

Photo : Radio-Canada / Danny Braun

Radio-Canada

Le monde du travail est en pleine mutation, et cela se reflète dans les lieux où les gens s'installent pour développer, produire ou créer des projets, des concepts ou des œuvres.

Un texte de Danny Braun

À Montréal, de plus en plus d’entreprises offrent en location des environnements décloisonnés, interconnectés ou à l’ambiance proactive, que de nombreuses personnes recherchent lorsque vient le temps de trouver un endroit pour travailler à plusieurs ou tout seul.

« On s’entraide d’une petite entreprise à l’autre dans un espace convivial. Le lieu est propice à la discussion, à l’échange de savoir et de service », dit George Thébault-Dagher, de l’équipe de marketing Charlie Mango. L’entreprise de six personnes a installé ses pénates au Crew Café, logé dans l’ancien siège social de la Banque Royale du Canada, un magnifique bâtiment patrimonial du Vieux-Montréal.

« Les cafés qu’on fréquentait tous les jours n’offraient pas d’espace pour travailler ni de wifi ou de prises électriques accessibles. [Ni] du bon café », se souvient Alexandre Ragousis, un des cofondateurs du Crew Café. L’entreprise, qui a le vent dans les voiles, fête ses deux années d’existence et elle lorgne maintenant du côté de Toronto et de Vancouver.

Une tendance en croissance

Avant d’emménager au Crew Café, Charlie Mango avait tenté l’expérience de co-travail en louant un espace dans les locaux du géant américain WeWork, installé dans un autre lieu de prestige : la Place Ville-Marie. On y offre des espaces de travail pour 275 $ à 650 $ par mois. Aujourd’hui, WeWork a 242 points de service dans 21 pays et l’entreprise est présente dans la plupart des grandes villes nord-américaines. Selon le magazine Forbes, WeWork valait en 2017 quelque 20 milliards de dollars américains.

À l’autre bout du Vieux-Montréal, à l’ombre de ces géants du co-travail, il y a l’Anticafé. Le concept, qui a été créé à Moscou en 2011, propose un lieu collectif où les consommations et les biscuits sont gratuits. Un heureux mélange entre la maison, le bureau et le café du coin. Bref un tout inclus tarifé à 3 $ l’heure ou à 10 $ la journée.

« Parfois, on ne veut pas travailler de chez soi avec la famille ou dans un bureau gris du centre-ville qui n’est pas très créatif. Et beaucoup de cafés vous incitent à quitter l’espace si vous ne consommez pas régulièrement », dit Victor Pankov, qui affirme avoir ouvert le premier anticafé en Amérique du Nord. On y trouve un grand loft lumineux, mais aussi des salles plus privées au sous-sol de l’immeuble.

« C’est tranquille, j’aime le concept. C’est mieux que chez moi où je vis seul avec mon chat. Je peux rencontrer des gens et j’arrive mieux à me concentrer », raconte un habitué qui profite de l’endroit pour écrire un blogue scientifique.

Cette nouvelle façon de travailler dans des espaces partagés a la cote. WeWork teste actuellement à Manhattan le WeLive, un concept de microstudios d’habitation avec aires communes pour le travail, la cuisine, la salle de lavage et le bain-tourbillon. Un concept qui peut rappeler à certains la vie étudiante en colocation. Preuve que les meilleures idées sont souvent les plus simples.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Société