•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fermeture de zones de pêche : les homardiers ne sont pas à l’abri

Un bateau de pêche au homard avec des casiers de pêche sur l'eau.

La saison de pêche au homard débutera d'ici deux semaines dans le golfe du Saint-Laurent, mais dans quelles conditions?

Photo : La Presse canadienne / Andrew Vaughan

Radio-Canada

« Je n'écarte pas la possibilité que les engins de pêche pour le homard représentent une menace aussi en termes de baleines noires », a affirmé jeudi le ministre de Pêches et Océans Canada, Dominic LeBlanc.

Les baleines noires sont en train de remonter vers le golfe du Saint-Laurent pour la saison estivale et alors que les premiers pêcheurs de homard prendront la mer dans deux semaines, l'incertitude plane.

Ouverture de la pêche au homard (si la température le permet)

  • 30 avril dans la Péninsule acadienne

Ils pourraient, comme les crabiers, devoir composer avec de nouveaux règlements pour protéger les baleines noires. C'est du moins ce qu'affirme le ministre des Pêches et des Océans, Dominic LeBlanc.

L’industrie du homard a une responsabilité aussi de travailler avec nous et de respecter toutes les mesures nécessaires pour protéger les baleines noires.

Dominic LeBlanc, ministre de Pêches et Océans Canada

Quelles mesures?

Pêches et Océans a déjà imposé des mesures aux pêcheurs de homard pour protéger les baleines noires. « Ça, c’était des mesures qu’on a basées sur des avis scientifiques sur la présence des baleines dans ces eaux moins profondes », explique Dominic LeBlanc. Par exemple : 

  • Il est obligatoire, pour les titulaires de permis de pêche, de rapporter tout incident (collision, empêtrement, observation) avec un mammifère marin ou tout engin de pêche perdu.
  • Il est interdit de laisser flotter à la surface de l'eau une corde qui relie un casier.

Mais d’autres mesures pourraient être mises en place selon les observations de baleines noires qui seront faites dans les prochaines semaines. Lorsqu’on a demandé au ministre LeBlanc si, oui ou non, il y allait avoir des fermetures de zones de pêche au homard, il a répondu qu’il est prêt à regarder toutes les suggestions. « Pour le moment, je n’ai pas pris de décision précise, mais je m’attends que l’industrie du homard devra aussi faire partie de la solution. »

Le politicien en scrum avec des journalistes. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le ministre de Pêches et Océans Canada, Dominic LeBlanc, accompagné du député fédéral Serge Cormier.

Photo : Radio-Canada / Nicolas Steinbach

Des précédents aux États-Unis

Aucune baleine noire n’est morte au Canada à la suite de blessure causée par des équipements de pêche au homard, selon les nécropsies en 2017.

Par contre, des six carcasses de baleines noires trouvées aux États-Unis en 2017 et 2018, la plupart auraient été victimes d'empêtrements dans des cordages de pêche au homard.

Les pêcheurs « attendent avec impatience »

« L'Union des pêcheurs des Maritimes et ses membres attendent avec impatience le plan de pêche pour le homard du Ministère, a indiqué l'organisation par courriel. [...] Nous avons espoir que le plan de pêche 2018 comprendra des recommandations de l'UPM quant à des idées pratiques pour permettre une pêche au homard viable tout en respectant le besoin de protéger la baleine noire. »

Radio-Canada a appris que le plan de pêche au homard devrait être rendu aux pêcheurs sous peu. C'est dans ce plan que se retrouveront les restrictions de fermeture, s’il y en a.

Avec les informations de Nicolas Steinbach

Nouveau-Brunswick

Industrie des pêches