•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Institut Tshakapesh toujours aussi pertinent après 40 ans

Devant l'Institut Tshakapesh à Uashat.

Enseigne de l'Institut Tshakapesh.

Photo : Radio-Canada / Daniel Fontaine

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Institut Tshakapesh, dans la communauté de Uashat à Sept-Îles, célèbre ses 40 ans cette année. Depuis sa fondation en 1978, l'établissement d'enseignement joue toujours un rôle de protection de la langue innue dans les communautés de la Côte-Nord.

L'institut a été fondé le 24 juillet 1978. Les fondateurs souhaitaient mettre en place une organisation pour aider les conseils de bande de la région à protéger la langue et la culture innue sur le territoire.

À travers les années, le mandat de l'Institut Tshakapesh s'est élargi.

En plus de poursuivre ses efforts de protection de la langue, l'institut forme maintenant des élèves du primaire et du secondaire, et offre des outils pédagogiques et un service de prêt de livres, entre autres.

Même après 40 ans, le travail de l'Institut Tshakapesh est toujours aussi pertinent, selon la directrice du secteur de la langue innue de l'institut, Hélène St-Onge.

« L'état de langue évolue, la langue se perd tranquillement, note Hélène St-Onge. Cela dépend des communautés, la situation est différente d'une communauté à l'autre. On essaie toujours d'être optimiste, mais on se prépare toujours au pire. On fait beaucoup de travail, beaucoup de promotion, et on prépare notre matériel de référence pour la langue innue. »

Hélène St-Onge, directrice du secteur de la langue innue à l'Institut Tshakapesh.
Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Hélène St-Onge, directrice du secteur de la langue innue à l'Institut Tshakapesh.

Photo : Radio-Canada

Pour souligner ce 40e anniversaire, l'institut organise une série d'activités qui auront lieu d'ici la fin de l'année 2018.

Il y aura entre autres des concours de photographie et de rédaction, ainsi que des activités traditionnelles, comme des ateliers sur la médecine traditionnelle et la cueillette de petits fruits.

D'après les informations de Laurence Royer

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !