•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voici comment attirer les oiseaux chez soi

Une mésange à tête noire
La mésange à tête noire est une habituée des mangeoires. Elle viendra peut-être même manger dans votre main. Photo: iStock

Vous aimez que les oiseaux visitent votre terrain et cherchez à en attirer davantage? Voici quelques conseils intéressants d'un ornithologue amateur.

Un texte d'Alix Villeneuve

Michel Renaud est président du Club des ornithologues des Hautes-Laurentides. Biologiste à la retraite, il possède des mangeoires comme bien des amateurs d’oiseaux.

Tout commence par le choix de la nourriture à offrir. Les graines de tournesol sont un choix particulièrement polyvalent. « La nourriture que je mets, c’est essentiellement du tournesol », précise-t-il.

Ces graines particulièrement prisées attireront entre autres les mésanges, les moineaux, les quiscales, les juncos, les bruants, les geais et les sittelles. Le chardon, le millet et le maïs attirent aussi leur lot d’espèces.

En hiver, Michel Renaud offre aussi du suif à ses compagnons ailés. Il s’agit d’une forme de gras. Des mélanges spécialement pour les oiseaux sont offerts dans certaines boutiques. « Les écureuils ne sont pas trop intéressés par ça, et les pigeons, pas du tout. »

Des installations pour mangeoires à oiseaux. On note plusieurs chardonnerets jaunes qui s'alimentent. Michel Renaud observe régulièrement sur son terrain des tourterelles, des mésanges, des geais, des bruants, des pics et des cardinaux. Photo : Michel Renaud

Les mangeoires

Ensuite vient le choix des mangeoires. Les silos ou les mangeoires à débit contrôlé sont les plus simples à utiliser et à nettoyer. Elles sont les plus répandues.

Les plateaux, pour leur part, peuvent nourrir plusieurs espèces trop imposantes pour se percher sur une mangeoire conventionnelle. Par contre, les graines sont vulnérables aux intempéries.

D’ailleurs, la nourriture qui tombe simplement sur le sol peut attirer ces gros oiseaux sans qu'une installation supplémentaire soit nécessaire.

Bien nettoyer les mangeoires en été
Lorsque vous entretenez des mangeoires en plein été, il faut porter une attention particulière au nettoyage, souligne le biologiste retraité. L’accumulation de graines peut attirer les ratons laveurs ou même les ours noirs.

Un oiseau s'approvisionne dans une mangeoire identifiée au nom de Protection des oiseaux du QuébecEn nourrissant les oiseaux, on peut parfois attirer quelques raretés, comme un pic à ventre roux. Photo : facebook.com/birdprotectionquebec

Chasser les écureuils

Les écureuils aussi sont friands de ce qui repose dans vos mangeoires. Habiles et tenaces, ils essaieront par plusieurs moyens de les atteindre. Michel Renaud en sait quelque chose.

« À un moment donné, j’ai dû remplacer mes mangeoires. Ça n’avait plus de bon sens. Les écureuils sautaient dedans ». Il s’est alors procuré des modèles munis d’un grillage qui empêche ces bêtes d’atteindre les graines.

Des coupoles et des protections en aluminium anti-écureuil sont offertes dans plusieurs magasins. Ces installations ne sont toutefois pas infaillibles. Installer les mangeoires sur des poteaux solides et lisses, loin des arbres, contribue aussi à les éloigner.

Deux Pour accueillir des hirondelles, des amateurs conseillent une cabane avec une ouverture de 3,8, ainsi qu'un espace intérieur de 15 x 15 cm et de 18 cm de hauteur. Photo : Alain Clavette

Installer des nichoirs

Certains oiseaux peuvent fréquenter des nichoirs. C'est le cas principalement des hirondelles bicolores et des moineaux domestiques. Sachez toutefois que la compétition entre ces deux espèces est très féroce.

Sans intervention, il est probable que vous vous retrouviez à héberger un moineau. Ils sont mieux adaptés à l’environnement urbain et plus nombreux. Si vous souhaitez accueillir des hirondelles, vous pouvez condamner l’ouverture de la « cabane » jusqu’à leur arrivée dans votre quartier.

D'autres nichoirs peuvent accueillir des merlebleus de l’Est, des mésanges à tête noire ou même certaines espèces de canards.

Une grive à dos olive qui vole dans le noir.Dans un reportage de La semaine verte, le biologiste Alain Clavette soulignait qu'il voit moins de grives sur son terrain depuis qu'il a installé des mangeoires. Photo : Université Western Ontario

Pas nécessaire, d’un point de vue écologique

Bien que nourrir les oiseaux donne l’impression de s’en occuper, cela ne contribue pas nécessairement à leur survie. Il s’agit d’abord et avant tout d’un loisir, explique le biologiste.

Les mangeoires, c’est une façon de se faire plaisir. Il ne faut pas être naïf non plus. Les oiseaux n’ont pas besoin des humains pour survivre.

Michel Renaud, président du Club des ornithologues des Hautes-Laurentides

D’ailleurs, un reportage de La semaine verte soulevait en 2017 que dans certains habitats ruraux, les mangeoires attirent des individus qui chassent ensuite des espèces plus fragiles.

Toutes les deux semaines, Michel Renaud compile des données sur les observations qu'il a faites sur son terrain et les ajoute sur la plateforme Ebird. Pour lui, il s’agit d’une façon de contribuer aux connaissances scientifiques et au suivi des populations.

Faune et flore

Environnement