•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Netflix finance une formation pour les Autochtones et la diversité à l’INIS

L'écran d'une tablette, tenue par un homme dont on aperçoit les pieds en arrière plan, affiche le logo de Netflix.
Le gouvernement canadien renonce à taxer Netflix. Photo: AFP / Elise Amendola
Radio-Canada

Netflix financera une nouvelle formation à l'Institut national de l'image et du son (INIS) à Montréal, destinée aux communautés autochtones et à la diversité culturelle.

Un texte de Laurence Niosi

Il s'agit du premier partenariat entre une organisation québécoise et le géant américain, qui s'est engagé en septembre à investir 500 millions de dollars dans la production de contenus originaux au Canada en vertu d'une entente avec le gouvernement fédéral.

De cette somme, une enveloppe de 25 millions de dollars sur cinq ans est prévue pour le déploiement d'une stratégie de développement de marché pour les producteurs francophones.

Le montant de l’entente entre Netflix et l’INIS demeure confidentiel à la demande de l'entreprise américaine, mais il s’agit d’une somme « importante », assure Michel Desjardins, directeur général du centre de formation professionnelle en cinéma, télévision et médias interactifs basé à Montréal.

Dès l’année prochaine, neuf étudiants issus des communautés autochtones et de la diversité culturelle – trois scénaristes, trois réalisateurs et trois producteurs – auront donc l’occasion de suivre le programme intensif de six mois, qui sera offert jusqu’en 2021.

Le nouveau programme s’adresse à des personnes qui n’auraient pas nécessairement eu accès aux programmes réguliers de l’INIS. « L’idée est de faire de la discrimination positive et dire, ces gens ont du talent, mais [ils] n’ont pas eu les mêmes chances [que les autres] », affirme le directeur du centre de formation.

L'institution vise ainsi à former davantage de créateurs issus de différentes communautés culturelles dans un milieu majoritairement blanc. Plus ou moins 15 % des étudiants admis aux programmes réguliers de l’INIS sont issus des communautés autochtones ou culturelles. Au cours des 10 dernières années, seulement six étudiants autochtones sont passés par l'INIS, estime Michel Desjardins.

L’INIS est en outre déjà « en contact » avec divers intervenants autochtones, de même qu’avec Wapikoni mobile, le studio ambulant de formation et de création audiovisuelle et musicale consacré aux jeunes Autochtones. Michel Desjardins espère « reprendre le flambeau » de Wapikoni, en offrant une formation professionnelle de plus longue durée.

Le programme proposera une formation générale multidisciplinaire (cinéma, documentaire, télévision, médias interactifs, écriture), avec des ateliers théoriques et des exercices plus pratiques.

L'entente avec Netflix prévoit en outre de faciliter l'accès aux programmes déjà existants de l'INIS aux personnes issues des communautés culturelles ou autochtones, avec la création d'une bourse de 5000 $ par année pour chacun des cinq programmes réguliers.

Nations métisses et autochtones

Société