•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes Américains commémorent le massacre de Columbine

Des jeunes sont debout dans un parc en face de la Maison-Blanche et portent des messages en plusieurs langues réclamant l'arrêt de la violence armée.

Des élèves brandissent des messages contre la violence armée lors d'un rassemblement à Washington, vendredi, date anniversaire de la tuerie de Columbine.

Photo : AFP/Getty Images / CYRIL JULIEN

Radio-Canada

Des milliers d'élèves des quatre coins des États-Unis ont quitté leurs salles de classe et sont descendus dans la rue, vendredi, pour commémorer le 19e anniversaire de la tuerie de Columbine au Colorado, qui avait fait 13 morts, mais aussi pour mettre de la pression sur les politiciens afin qu'ils renforcent la législation sur les armes à feu.

Le 20 avril 1999, Dylan Klebold, 17 ans, et Eric Harris, 18 ans, avaient massacré 12 élèves et un professeur d’une école secondaire de Columbine, avant de se donner la mort. Vingt-trois autres personnes avaient été blessées.

À 10 h dans chacun des fuseaux horaires, des étudiants de quelque 2600 établissements scolaires ont quitté leurs classes pour observer 13 secondes de silence à la mémoire des victimes de Columbine.

Les élèves étaient invités à porter de l’orange, une couleur qui est devenue le symbole du mouvement contre la violence armée.

Le mouvement lycéen contre la prolifération des armes a pris une nouvelle ampleur depuis la fusillade de Parkland, au nord de Miami, le 14 février dernier. Un ancien élève de l'école a tiré au fusil semi-automatique sur des élèves dans l'établissement, faisant 17 morts.

« Le mouvement n'est pas près de disparaître. Il n’y a plus d’excuses. Nous voulons des solutions », ont indiqué les organisateurs jeudi sur Facebook.

Les armes à feu ont encore sévi, vendredi, dans une école secondaire de Floride. Un élève de l’école Forest, à Ocala, dans le comté de Marion, a été blessé, et un suspect appréhendé. Il s’agit de la 20e fusillade dans une école américaine cette année.

« Nous pouvons arrêter l’effusion de sang quotidienne dans notre pays et nous pouvons marquer l’histoire en faisant cela [en manifestant] », a écrit l’un des organisateurs de la marche de vendredi, Max Cumming, dans une lettre ouverte adressée aux jeunes Américains.

Des élèves se sont plus tard rassemblés devant le siège du congrès de différents États, tandis que d’autres ont pris part à des discussions sur la violence par les armes.

Des jeunes gens sont assis sur la pelouse d'un parc à Washington, en brandissant des pancartes contre la violence armée.

Des milliers d'élèves américains manifestent contre la violence armée, comme ici au square Lafayette, en face de la Maison-Blanche, à Washington.

Photo : AFP/Getty Images / CYRIL JULIEN

À Washington, des centaines de jeunes se sont réunis dans un parc proche de la Maison-Blanche, observant 19 minutes de silence, une pour chaque année qui s’est écoulée depuis Columbine.

À New York, des foules se sont massées au Washington Square Park pour une manifestation couchée.

Plus de 1,5 million de personnes avaient participé le 24 mars à des centaines de rassemblements aux États-Unis pour saluer la mémoire des victimes des armes à feu et pour exiger de leurs élus et de l'administration de Donald Trump des mesures concrètes contre les armes à feu.

Avec les informations de Agence France-Presse, Reuters, Associated Press, et CNN

Politique américaine

International