•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Muskrat Falls : coûts supplémentaires de 61,7 M$ pour le lien maritime avec le Cap-Breton

Construction du barrage de Muskrat Falls, au Labrador, en juillet 2015.
Construction du barrage de Muskrat Falls, au Labrador, en juillet 2015. Photo: La Presse canadienne/Andrew Vaughan

Les coûts du lien maritime, ce volet du projet hydroélectrique Muskrat Falls qui consiste à relier l'île de Terre-Neuve au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, dépassent de 61,7 M$ les prévisions initiales.

Le lien maritime, présentement en construction, va relier l’île de Terre-Neuve et l’île du Cap-Breton, ce qui permettra à la Nouvelle-Écosse de s’approvisionnement en électricité à partir de la centrale hydroélectrique de Muskrat Falls, située au Labrador.

Ce sont les clients de Nova Scotia Power, la compagnie d’électricité en Nouvelle-Écosse, qui paient pour le lien maritime.

Emera, la société propriétaire de la compagnie d’électricité Nova Scotia Power, assure que ce dépassement de coûts ne se traduira pas par une augmentation de la facture des clients néo-écossais.

Emera explique que dans le budget de 1,557 milliards de dollars se trouve un fonds d’urgence de 174 millions pour les imprévus. Les coûts supplémentaires seront donc absorbés par les sommes contenues dans ce fonds d’urgence.

« Il n’y aura pas d’impact supplémentaire sur les clients de la Nouvelle-Écosse », dit un porte-parole d’Emera, Jeff Myrick.

L’effondrement d’une tour de transmission dans l’ouest de Terre-Neuve le 9 juin 2017 explique en partie ce dépassement de coûts. La compagnie Emera n’a pas précisé le montant exact des dépenses engendrées par l’incident.

À la suite de celui-ci, Emera a embauché un ingénieur indépendant chargé de mener une enquête.

De plus, chaque pylône installé avant l’effondrement de juin 2017 est soumis à une inspection. Sur les 1492 qui ont été passés en revue, 184 ont été remplacés et 92 réparés.

Pylône d'électricité.Nalcor et Emera ont inspecté les pylônes installés avant juin 2017. Photo : CBC/Eddy Kennedy

Nouvel incident

Une mise à jour du premier trimestre de 2018 révèle un nouvel incident, survenu à l’été 2017. Une portion de 1,2 kilomètre d’un des deux câbles sous-marins vers la Nouvelle-Écosse a dû être remplacée, car le câble était mal posé sur le fond de l’océan.

Deux câbles sous-marins de 170 kilomètres de long traversent le détroit de Cabot.

Emera n’a pas divulgué le coût du remplacement de cette portion du câble.

Un projet miné par les controverses

Annoncé en 2010, le projet hydroélectrique Muskrat Falls est marqué depuis le début par des controverses et d’importants dépassements de coûts.

La mise en place d'une première ligne de transmission de 500 mégawatts partant du Labrador a été achevée en 2017 et celle-ci a commencé en février à alimenter Terre-Neuve en électricité.

Le coût des installations au Labrador dépasse de 4 milliards de dollars le budget initialement prévu, et les travaux accusent plusieurs années de retard.

Chutes de Muskrat Falls.Les chutes Muskrat, sur la rivière Churchill, au Labrador. Photo : La Presse canadienne / Paul Daly

Le projet est mené par un partenariat entre Emera, une compagnie privée d’énergie dont le siège social est en Nouvelle-Écosse, et Nalcor Energy, une société d’État terre-neuvienne.

Le lien maritime relie l’île de Terre-Neuve au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. L’entente dite « 20 pour 20 » entre Nalcor et Emera stipulait qu'Emera, par l’entremise des clients de la compagnie d’électricité Nova Scotia Power, paierait 20 % du projet hydroélectrique pour recevoir 20 % de l’électricité de Muskrat Falls.

Les coûts ayant explosé du côté de Terre-Neuve-et-Labrador, mais la somme que doit payer Emera demeurant la même, la part de la facture qui échoit à la Nouvelle-Écosse est aujourd’hui passée sous les 20 %, même si la province doit toujours recevoir 20 % de l’électricité.

Avec les informations de Caroline Lévesque

Nouvelle-Écosse

Énergie