•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Produit à base de salive de chien enragé : une plainte est déposée contre la naturopathe

Anke Zimmermann qui sourit sur une photo.

Anke Zimmermann s’est défendue auprès de CBC en disant que la substance est tellement diluée qu’elle ne contient pas de trace du virus de la rage.

Photo : Anke Zimmermann/Facebook

Radio-Canada

L'Association des naturopathes de la Colombie-Britannique a déposé une plainte contre une naturopathe de Victoria qui dit avoir traité les problèmes d'agressivité d'un enfant de 4 ans avec un produit homéopathique à base de salive de chien ayant la rage.

Anke Zimmermann a écrit un billet de blogue dans lequel elle laisse entendre qu’elle a aidé à faire passer un petit garçon à « d'un état proche de celui d'un chien enragé à un état plus humain », en utilisant le lyssinum, le produit à base de salive de chien atteint de la rage. L’histoire a attiré l’attention de la médecin hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique et de Santé Canada.

Victor Chan, le coprésident de l’Association des naturopathes, dit que le groupe a déposé une plainte jeudi auprès du Collège des médecins en naturopathie de la Colombie-Britannique.

« Nous n’avons pas de plaisir à déposer une plainte contre une détentrice de permis de notre Collège, mais il s'agit avant tout d'une mesure d'utilité publique pour protéger la réputation de notre profession et pour assurer que des soins sécuritaires, compétents et éthiques sont fournis à tous les patients », explique Victor Chan dans un communiqué.

Anke Zimmermann n’est pas membre de l’Association des naturopathes qui a déposé la plainte auprès du Collège des médecins en naturopathie. De son côté, le Collège, qui est une entité de régulation pour les naturopathes, a décrit le traitement comme acceptable.

« Nous sommes inquiets que certaines déclarations et publications qu’elle a faites en personne et en ligne semblent contraires à l’intérêt du public dans la pratique de la profession et par conséquent requièrent une action et une intervention de la part de l'organisme de contrôle », poursuit Victor Chan.

Mme Zimmermann s’est défendue auprès de CBC en disant que la substance est tellement diluée qu’elle ne contient pas de trace du virus de la rage.

D'après les informations de Bethany Lindsay de CBC

Colombie-Britannique et Yukon

Santé mentale