•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Doug Ford se dit contre les centres d’injection supervisée

Portrait de Doug Ford derrière un micro.
Doug Ford en conférence de presse à Sarnia Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Le chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, Doug Ford, a dit lors d'une conférence de presse vendredi qu'il était « absolument contre » les centres d'injection supervisée. Il croit qu'il faut mettre davantage l'accent sur les cures de désintoxication pour les toxicomanes.

Doug Ford assure que, s’il devient premier ministre le 7 juin prochain, il fera tout ce qu’il peut pour lutter contre la crise des opioïdes et permettre aux personnes dépendantes d’obtenir l’aide dont elles ont besoin. Il n’a cependant pas donné plus de détails.

« Si votre fils, votre fille ou un proche a un jour une dépendance, voudriez-vous qu'il aille dans un coin consommer plus de drogue? Je suis complètement contre ça, a dit Doug Ford. Nous devons aider ces gens. On ne peut pas juste les nourrir et les nourrir. »

L'équipe de campagne du chef conservateur a affirmé que celui-ci dévoilerait son plan pour la santé mentale et la crise des opioïdes dans les prochaines semaines.

Doug Ford, dont le défunt frère, Rob Ford, a eu des problèmes de toxicomanie et a admis avoir consommé du crack, a fait ce commentaire à Sarnia, dans le sud-ouest de l’Ontario, après avoir annoncé qu’il ajouterait 30 000 lits en soins de longue durée au cours des 10 prochaines années, ce qui, selon lui, permettrait de réduire le temps d’attente à l’hôpital.

Il n'a toutefois pas précisé combien son plan coûterait ni comment il serait financé. Son équipe de campagne a assuré que plus de détails sur ces questions seraient donnés d'ici les semaines à venir.

Les libéraux au gouvernement ont aussi promis d'ajouter 30 000 lits en soins de longue durée au cours des 10 prochaines années, et les néo-démocrates ont déclaré qu'ils en offriraient 40 000 dans le même temps.

La coprésidente de la campagne libérale, Deb Matthews, a dit dans un communiqué que Doug Ford devait expliquer comment il comptait payer ces lits supplémentaires, alors qu'il a promis de réduire les dépenses gouvernementales.

« Une promesse de créer de nouveaux lits, pendant qu'il est en train de fermer des hôpitaux et de renvoyer des infirmières... Ça ne fonctionne pas et les Ontariens méritent mieux », a-t-elle écrit.

Dans un communiqué, la chef du Nouveau Parti démocratique, Andrea Horwath, a commenté la déclaration du chef conservateur sur les centres d'injection supervisée en estimant que Doug Ford « va faire revenir l'Ontario en arrière et refuser les soins à ceux qui en ont besoin ».

« Les néo-démocrates seront à l'écoute des intervenants de première ligne, déclareront une urgence de santé publique et prendront des mesures urgentes pour sauver des vies », a-t-elle ajouté au sujet de la crise des opioïdes.

Le gouvernement libéral a dit récemment que la province avait approuvé l'attribution d'un financement à sept centres d’injection supervisée, dont cinq sont déjà ouverts.

Le gouvernement a aussi promis 222 millions de dollars sur trois ans pour mettre un terme à la crise des opioïdes dans la province en embauchant davantage d’intervenants de première ligne et en augmentant les services de réduction des méfaits.

Les données du gouvernement montrent qu’il y a eu 1053 morts liées à la consommation d’opioïdes de janvier à octobre 2017, contre 694 à la même période en 2016.

Avec les informations de La Presse canadienne

Toronto

Politique provinciale