•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Agressions sexuelles sur des mineures : deux autres jeunes hommes arrêtés

Blessing Dugbeh, à son arrivée au palais de justice de Sherbrooke.

Blessing Dugbeh, à son arrivée au palais de justice de Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Deux autres jeunes hommes ont été arrêtés par la Sûreté du Québec en lien avec de présumées agressions sexuelles sur une mineure à Sherbrooke. Blessing Dugbeh, 20 ans, et un autre suspect qui était mineur au moment des faits, font notamment face à des accusations d'agression sexuelle impliquant des mineures, de menaces de mort et d'harcèlement criminel.

Le Service des enquêtes sur les crimes majeurs de la Sûreté du Québec, en collaboration avec le Service de police de Sherbrooke, a arrêté les deux Sherbrookois jeudi soir. Leur arrestation porte à six le nombre d'individus appréhendés en lien avec cette affaire depuis le début de la semaine. Jusqu'ici, trois victimes auraient été identifiées par les policiers, qui n'excluent pas que d'autres pourraient s'ajouter.

Rappelons que quatre adolescents, âgés de 15 à 18 ans, ont déjà été arrêtés mardi. Trois d'entre eux ont comparu et sont maintenant accusés d'agression sexuelle en groupe sur une mineure.

Le quatrième accusé a été remis en liberté sous promesse de comparaître. Il reviendra devant le tribunal le 26 avril prochain.

L'un des jeunes arrêtés plus tôt cette semaine a aussi été accusé de production et de distribution de pornographie juvénile, en raison d'images qu'il possédait de la présumée victime.

Étant donné l'ampleur de l'enquête, et le nombre de personnes impliquées, la structure de Gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée. Le Service de police de Sherbrooke collabore aussi au dossier. Grâce à cette structure de commandement unifié au sein de laquelle travaillent en partenariat les services de police québécois, il est possible de découvrir rapidement les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation. Cette coordination provinciale permet donc une mise en commun des ressources policières et vise à mieux protéger les victimes.

Selon nos informations, ces suspects seraient liés aux fêtes qui ont eu lieu sur le territoire de Sherbrooke au cours des dernières semaines et pour lesquelles le Service de police de Sherbrooke avait appelé à la vigilance.

Toute information sur ces personnes et leurs agissements peut être communiquée, en toute confidentialité, à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Estrie

Justice et faits divers