•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau service d’hémodialyse à Gaspé : à la fois apprécié et critiqué

Ces patients jugent que le nouveau local qui offre des traitements d'hémodialyse à Gaspé est beaucoup trop petit.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

L'ajout d'un service d'hémodialyse à l'hôpital de Gaspé a fait l'unanimité en juillet dernier, mais certains patients estiment maintenant que cette offre de soins a été faite de façon précipitée et que le local pour les accueillir est beaucoup trop petit.

Actuellement, le local est prévu pour deux fauteuils d'hémodialyse, mais une chaise a été ajoutée de façon temporaire pour accueillir un cinquième patient.

La direction du réseau de la santé gaspésien répond toutefois qu'il fallait agir rapidement après l'intervention du ministre Gaétan Barrette en mars 2017. Il annonçait alors un investissement total de 1,3 million de dollars pour l'ajout de soins en hémodialyse dans les hôpitaux de Sainte-Anne-des-Monts, Gaspé et Maria pour éviter aux patients de faire des centaines de kilomètres pour obtenir un traitement.

À Gaspé, le service est offert depuis juillet, mais certains patients déplorent le manque d'espace.

Robert Benoit, patient qui reçoit de l'hémodialyse, devant l'hopital de GaspéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Robert Benoit, patient qui reçoit de l'hémodialyse

Photo : Radio-Canada

« Ils ont fait une annonce politique rapidement pour satisfaire, mais là on est pris dans un contexte où on nous garroche un La-Z-Boy, puis ce n'est pas satisfaisant pour des patients », critique Robert Benoît, qui reçoit de l'hémodialyse.

Selon M. Benoît, le CISSS pouvait facilement prévoir les besoins réels. « On n'était pas quatre à Gaspé qui attendaient de la dialyse, dit-il. Moi, on m'a dit qu'on était jusqu’à 7 ou 8 qui attendaient. »

La direction du réseau de la santé gaspésien reconnaît que le service n'est pas parfait, mais qu’à Gaspé, il fallait aménager un local en moins de quatre mois, en plein été, pour commencer à offrir le service en juillet.

Un patient qui reçoit un traitement d'hémodialyse à GaspéAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un patient qui reçoit un traitement d'hémodialyse à Gaspé

Photo : Radio-Canada / Martin Toulgoat

Si le financement est au rendez-vous, d'autres fauteuils pourraient être ajoutés et viendraient justifier un plus grand local, indique Johanne Méthot, directrice des soins infirmiers au Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Gaspésie.

« Le défi qu'on a eu en Gaspésie, c'est d'essayer d'avoir le meilleur environnement physique pour assurer des services rapides aux patients, précise-t-elle. Donc si on pense pour Gaspé, l'unité présentement est organisée pour deux fauteuils. Dans l'éventualité d'un rehaussement de fauteuils, on a un plan B, donc pour avoir un environnement physique beaucoup plus grand. »

Difficile aussi de répondre à la demande à Sainte-Anne-des-Monts, selon Reynold Henley, un patient de Saint-Jean-de-Cherbourg.

« Ils m'ont dit qu'il n'y en aurait plus d'autres qui vont aller à Sainte-Anne-des-Monts, par manque de personnel », se désole-t-il.

Il y a cinq ans, les patients gaspésiens devaient se rendre à l'hôpital de Rimouski pour recevoir de l'hémodialyse.

D’après le reportage de Martin Toulgoat

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Hôpitaux