•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Transport interurbain : une aide financière qui divise les MRC de l’Abitibi-Témiscamingue

Le terminus d'Autobus Maheux à Rouyn-Noranda
Le terminus d'Autobus Maheux à Rouyn-Noranda Photo: Radio-Canada / Félix B. Desfossés
Radio-Canada

Les MRC de l'Abitibi-Témiscamingue sont partagées par rapport à une demande d'aide financière présentée par Autobus Maheux, qui permettrait au transporteur privé de continuer à offrir ses services en région.

Un texte de Boualem Hadjouti

Autobus Maheux demande environ 200 000 $ dans le cadre du programme d'aide à la mobilité, une somme que pourrait tripler le gouvernement. Sans cette aide, Autobus Maheux pourrait être contraint de diminuer ses services sur certaines lignes.

La MRC de la Vallée-de-l'Or promet pour sa part 25 000 $ pour la ligne Val-d'Or–Chibougamau.

Elle promet aussi 10 000 $ pour la ligne Val-d'Or, Amos et Matagami si la MRC d'Abitibi contribue avec une somme équivalente.

Effort régional

Cet effort est nécessaire, selon le préfet Pierre Corbeil. « On parle de transport collectif, de la mobilité de la main-d'oeuvre, de supporter le déplacement de nos personnes qui n'ont pas nécessairement accès à l'automobile ou d'autres moyens de transport personnels », explique-t-il.

Le maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil.Le maire de Val-d'Or, Pierre Corbeil Photo : Radio-Canada / Thomas Deshaies

Je pense qu'on doit faire un effort et soutenir les activités qui sont en place. Notre soutien n'est pas illimité, on le fait pour une année renouvelable pour faire en sorte que, pendant cette année, on trouve des solutions pour le long terme.

Pierre Corbeil

Les maires de la MRC d'Abitibi ont discuté du sujet mercredi, mais ils préfèrent prendre le temps avant de se prononcer, affirme le préfet Sébastien D'Astous.

« À l'assemblée, on a pris la décision de ne pas soutenir pour l'instant et de reporter le point à une séance ultérieure. On manquait d'informations, on voulait être certains de prendre la bonne décision pour nos citoyens, et on va travailler le dossier en séance de travail dans les prochaines semaines », soutient-il.

Les élus de la MRC d'Abitibi-Ouest sont aussi divisés. Ils préfèrent analyser le dossier avant de se prononcer, explique la directrice générale Nicole Breton.

« La table des maires n'a pas décidé. Les maires, sur une consultation effectuée par le préfet, disent non au mode proposé. Nous travaillons beaucoup par comités, et le comité des transports va se réunir pour voir s'il y a d'autres possibilités, s'il y a des critères qui ont été omis ou oubliés. Finalement, la table aura à se prononcer par résolution », mentionne-t-elle.

Soutenir une entreprise privée?

En conseil de la MRC du Témiscamingue, 11 municipalités ont voté contre une aide de 20 000 $ à Autobus Maheux.

Les élus s'interrogent notamment sur la nécessité de soutenir une entreprise privée.

Pour le directeur régional de la division autocar chez Autobus Maheux, François Barrette, l'aide est nécessaire afin de couvrir toute la région.

François BarretteFrançois Barrette Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

S'il n'y a pas de financement, c'est clair qu'on tombe dans un scénario de diminution de services ou de coupures.

François Barrette

Il compte aussi sur la politique de mobilité durable annoncée mardi par le gouvernement du Québec pour aider les entreprises qui desservent les régions.

Rouyn-Noranda attend

La MRC de Rouyn-Noranda préfère attendre avant d'annoncer ses intentions.

Toutefois, la préfète Diane Dallaire soutient que le transport régional interurbain est une nécessité et que son intention est de le soutenir.

« La forme que ça va prendre, ça reste à déterminer. Il reste des choses à attacher, surtout que mardi il y a eu le dépôt de la politique de mobilité durable du gouvernement. Alors, il nous reste des choses à prendre en compte avant de confirmer plus précisément ce à quoi va ressembler notre aide au niveau du transport régional », dit Diane Dallaire.

Abitibi–Témiscamingue

Transports