•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vérificateur général met l'Alberta en garde contre la dépendance au pétrole

Une pelle minière remplit un camion de transport sur une mine de sables bitumineux près de Fort McMurray, en Alberta.
Le gouvernement albertain aurait fait un déficit chaque année depuis 35 ans sans les revenus pétroliers. Photo: La Presse canadienne
Radio-Canada

Dans son dernier rapport, le vérificateur général de l'Alberta, Merwan Saher, souligne que la dépendance du gouvernement provincial aux redevances pétrolières pourrait ne pas être viable dans l'avenir. Il appelle les élus à mettre en place un programme de prévision économique à long terme.

Un texte de François Joly

Les politiciens albertains ont une vision à trop court terme, selon Merwan Saher, qui pense que trop de décisions sont prises en fonction des cycles électoraux de quatre ans. Il propose donc que la province tente de prédire la situation économique sur un horizon de 30 à 70 ans.

Il croit qu’il est essentiel de tenter de prédire les conditions économiques futures afin d’assurer la viabilité des services publics. Le vieillissement de la population et les impacts des changements climatiques pourraient par exemple réduire les revenus de l’État. Il s’inquiète tout particulièrement de la dépendance du gouvernement provincial aux redevances pétrolières et gazières.

Trop d’Albertains prient pour que les prix du pétrole remontent pour équilibrer le budget afin que nous puissions revenir aux beaux jours.

Merwan Saher, vérificateur général de l’Alberta

Dans son rapport, il explique qu’en excluant les revenus provenant du pétrole et du gaz naturel, l’Alberta se serait retrouvée en situation déficitaire dans chacune des 35 dernières années.

S’inspirer des Norvégiens

Merwan Saher invite les élus albertains à s’inspirer de la Norvège où le budget comprend des prévisions sur un horizon de 40 ans. Le gouvernement norvégien ne tient de plus pas compte des revenus pétroliers pour évaluer sa viabilité financière à long terme. Le solde budgétaire doit être positif sans les revenus des ressources naturelles pour que le plan du gouvernement soit jugé soutenable dans l’avenir.

Le directeur de la recherche à l’École des politiques publiques de l’Université de Calgary, Bev Dahlby, croit qu’un programme de planification à long terme est nécessaire et que l’Alberta paie aujourd’hui le prix de ce manque de vision. « Nous n’aurions pas dû arrêter de verser de l’argent au fonds du patrimoine », cite-t-il en exemple.

Merwan Saher croit qu’il est utile de tenter de prévenir l’avenir, même si ces prédictions ne s’avèrent pas exactes. Il invite les Albertains à demander aux politiciens de présenter leur plan pour assurer la santé financière de gouvernement à long terme.

Alberta

Politique provinciale