•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Demandeurs d'asile : « Justin Trudeau n'a rien fait », accuse Andrew Scheer

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur, est en mode séduction au Québec.

Le chef du Parti conservateur et de l'opposition officielle à Ottawa, Andrew Scheer, amorce une tournée au Québec pour, dit-il, « montrer aux Québécois et Québécoises que les conservateurs sont à l'écoute », notamment en ce qui concerne l'afflux de demandeurs d'asile à la frontière et le chantier maritime Davie.

En entrevue à ICI RDI jeudi, le chef conservateur en a profité pour décocher quelques flèches en direction du gouvernement libéral, alors qu'Ottawa et Québec tentent de trouver des solutions d'urgence pour traiter les nombreuses demandes d'asile, après que la question eut suscité des échanges tendus entre les deux paliers de gouvernement.

Rappelant que sa formation politique a sonné l’alarme sur la situation à la frontière il y a un an, M. Scheer reproche au premier ministre son inaction.

Justin Trudeau n’a rien fait.

Andrew Scheer, chef du Parti conservateur

Le chef de l’opposition officielle dit vouloir avoir un débat avec M. Trudeau sur cet enjeu à la Chambre des communes.

M. Scheer veut que l’on fasse une distinction entre des demandeurs d’asile qui entrent de façon « illégale » et ceux qui veulent rejoindre leur famille en sol canadien ainsi que « les véritables réfugiés dans des camps et des endroits très dangereux ».

Pour le Parti conservateur, l'Entente entre le Canada et les États-Unis sur les tiers pays sûrs pourrait être une partie de la solution, a laissé entendre Andrew Scheer, sans toutefois aller plus loin.

Cet accord canado-américain, auquel on attribue la hausse du nombre de passages clandestins à la frontière canadienne, stipule que les migrants sont tenus de présenter leur demande d’asile dans le premier pays où ils arrivent, que ce soit le Canada ou les États-Unis.

La porte-parole conservatrice en matière d'immigration, Michelle Rempel, croit pour sa part que le gouvernement devrait désigner l'entièreté de la frontière canado-américaine comme un point d'entrée officiel au pays, ce qui donnerait des outils à la GRC et à l'Agence des services frontaliers pour gérer les passages irréguliers.

Le bureau du ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a rejeté cette idée, estimant que cela causerait des problèmes et des risques à la sécurité plus grands.

Source : La Presse canadienne

Scheer appuie les demandes du Québec

Le chef conservateur estime qu’il est « essentiel » que le gouvernement fédéral assume sa responsabilité et débloque des fonds pour aider le Québec, qui accueille le plus grand nombre de demandeurs d’asile parmi les provinces canadiennes (Nouvelle fenêtre). Il dit comprendre que la pression qu'exerce sur le réseau de la santé le nombre grandissant de ces demandeurs d’asile.

Pour M. Scheer, « c’est une question de justice ».

Chantier Davie

Le chef de l’opposition officielle à Ottawa se dit favorable à l’idée de donner rapidement des contrats au chantier maritime Davie pour, entre autres, construire des brise-glaces. L'avenir de l'entreprise est un enjeu majeur dans la circonscription de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, détenue par le conservateur Steven Blaney.

Andrew Scheer en profite pour montrer du doigt le gouvernement fédéral, qui a « changé le processus plusieurs fois », ce qui, aux yeux du chef conservateur, a mené à « une attente inacceptable ». Cela coûte cher aux contribuables, a-t-il ajouté.

Andrew Scheer, qui a entamé sa tournée à Montréal, poursuivra son périple durant les trois prochains jours à Trois-Rivières et au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Son équipe de députés sillonnera la province pendant l’été.

Politique fédérale

Politique