•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le gouvernement albertain présente sa réforme du marché de l'électricité

Vue sur une dame qui parle devant un micro

Margaret McCuaig-Boyd, ministre de l'Énergie

Photo : CBC

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2018 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement de l'Alberta présente jeudi un projet de réforme du marché de l'électricité tel que promis en novembre 2016. Selon les néo-démocrates, ce projet vise d'abord à assurer un service fiable et abordable pour tous les consommateurs.

Si le projet de loi pour assurer l'avenir de l'électricité en Alberta est adopté, il octroiera entre autres plus de pouvoir à l'Alberta Utilities Commission, l'agence qui supervise les différents fournisseurs d'électricité dans la province.

Devant un nombre de plaintes grandissant, cette agence pourra pénaliser les entreprises qui n'offrent pas de bons services aux consommateurs, explique la ministre de l'Énergie, Margaret McCuaig-Boyd.

Selon les données du gouvernement, seulement en 2017, plus de 2000 Albertains se sont plaints pour divers problèmes de facturation.

« Les fournisseurs seront tenus responsables », explique la ministre en précisant que les entreprises recevront une contravention du même genre que celle reçue pour excès de vitesse sur la route.

D'un autre côté, le gouvernement souhaite aussi attirer les investissements des entreprises et développer le réseau. L'Alberta souhaite que les investisseurs aient davantage confiance. « Ceux-ci ont besoin de garanties », informe la ministre.

La province payera donc les entreprises d'avance pour que celles-ci produisent une certaine quantité d'électricité. Cela permettra d'en avoir sur demande en tout temps.

Plusieurs détails du projet de loi restent toujours à déterminer, par exemple, la valeur d'une contravention pour un mauvais service. L'Alberta Utilities Commission consultera les entreprises pour comprendre ce que serait une amende juste.

Si le projet de loi est adopté, ce nouveau système devrait être en place en 2021.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !