•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg doit réapprendre à recycler

Radio-Canada

Une boîte à pizza un peu huileuse, du plastique noir, un gobelet de café en carton : aucun de ces objets ne peuvent être recyclés à Winnipeg. La Ville lance une campagne de sensibilisation au recyclage pour répondre aux nouvelles normes imposées par la Chine, qui lui coûtent déjà 1,5 million de dollars.

« Nous devons tous faire plus attention et nous appliquer davantage afin de produire des objets recyclables propres et purs », dit le superviseur de la division de la gestion des déchets à la Ville de Winnipeg, Mark Kinsley.

Nous nous rendons compte que ces changements à l’industrie du recyclage et à notre liste de matériaux acceptables portent à confusion.

Mark Kinsley, superviseur de la division de la gestion des déchets, Winnipeg

Il explique que le logo triangulaire du recyclage ne correspond pas toujours aux capacités de recyclage de la Ville. La styromousse, par exemple, comporte un triangle avec le numéro 6, mais Winnipeg ne la recycle pas.

Ce qu’une ville peut recycler dépend largement de la technologie de ses usines de tri de recyclage. Ainsi à Winnipeg, comme les courroies qui transportent le recyclage sont noires, les machines sont incapables de détecter les objets en plastique noir qui s’y trouvent, note M. Kinsley.

Il recommande de nettoyer les pots de confiture ou de yaourt et de rincer les bouteilles avant de les recycler. De plus, le carton souillé, comme une boîte qui abritait une pizza bien grasse, ne peut pas être recyclé.

Des informations détaillées sur le recyclage à Winnipeg se trouvent sur le site web de la Ville (Nouvelle fenêtre).

57 % du recyclage de Winnipeg part en Chine

Une large partie des matières recyclables de Winnipeg est vendue à la Chine. Selon un rapport de la Ville, environ 70 % du papier recyclé et environ 57 % des matières recyclables jetées dans les bacs bleus sont envoyés en Chine. Mais le pays a récemment resserré ses exigences liées aux matériaux qu'elle importe de l'Occident.

En février, la Ville a octroyé une enveloppe supplémentaire de 1,5 million de dollars sur deux ans à la firme Emterra, responsable du processus de recyclage à Winnipeg, pour que la qualité des matériaux recyclables qu’elle récolte soit conforme aux nouvelles normes de la Chine.

La Ville est maintenant à la recherche d’une compagnie pour remplacer Emterra. Le comité exécutif de la Ville a voté le 17 avril l'attribution du contrat de 112 millions de dollars sur 10 ans à l'entreprise ontarienne Canada Fibers. Le but est de trouver une firme capable de répondre aux exigences de la Chine.

Avec des informations de Rémi Authier et de Holly Caruk

Manitoba

Politique municipale