•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La menace de zones d’interdiction de pêche inquiète en Nouvelle-Écosse

Casiers à homard sur le rivage et bateau de pêche sur la côte de la Nouvelle-Écosse.
Des casiers à homard en Nouvelle-Écosse. Photo: Getty Images / shaunl
Radio-Canada

Alors que l'incertitude persiste concernant de possibles zones d'interdiction de pêche sur la côte est de la Nouvelle-Écosse, des pêcheurs de la région ainsi que le ministre provincial s'inquiètent des risques de pertes d'emploi.

La côte est de la Nouvelle-Écosse est la première aire marine que le gouvernement fédéral suggère de protéger le long de la côte atlantique. Elle comprend les eaux côtières et des centaines d'îles qui créent un archipel allant de Clam Harbour à Liscomb.

La pêche au homard se pratique dans cette région, mais Pêches et Océans Canada n’a toujours pas indiqué si des zones d’interdiction de pêche faisaient partie du plan d’Ottawa.

Léonard LeBlanc, président de la Coalition des pêcheurs de la Nouvelle-Écosse, explique que les pêcheurs ont été invités à faire valoir leur point de vue devant un comité indépendant, en mai à Moncton.

« Le message va être bien clair : l’industrie de la pêche vaut des millions, des millions chaque année. Il y a beaucoup de villages qui vont être affectés directement, puis certains villages, ça va être 100 % de leurs revenus ».

Léonard LeBlanc.Léonard LeBlanc, président de la Coalition des pêcheurs de la Nouvelle-Écosse. Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

« Il faut s’assurer que ce ne soient pas les pêcheurs qui deviennent une espèce en péril », affirme M. LeBlanc.

Le gagne-pain de quelque 170 pêcheurs de la région est en jeu.

Je crois qu’on peut travailler ensemble et protéger des sites sans éliminer les pêcheurs.

Léonard LeBlanc, président de la Coalition des pêcheurs de la Nouvelle-Écosse

Le ministre des Pêches de la Nouvelle-Écosse, Keith Colwell, a rappelé mercredi que la côte était un endroit où il y a déjà très peu d’emplois.

Il est en accord avec des zones protégées, si celles-ci sont au bon endroit et si les conditions demeurent équitables pour les pêcheurs.

Keith Colwell.Keith Colwell, le ministre des Pêches et de l’Aquaculture de la Nouvelle-Écosse, le 23 février 2018 à Halifax. Photo : Radio-Canada / Stéphanie Blanchet

M. Colwell souligne les efforts de conservation de la faune marine qu’ont déployés les pêcheurs de homard ces dernières années. Il indique par exemple que les homards femelles d’une certaine grosseur sont rejetées à l’eau afin de protéger la ressource.

Le ministre dit que les pêcheurs de la côte est sont les seuls à le faire en Nouvelle-Écosse.

M. Colwell affirme travailler avec le ministère de l'Énergie et des groupes de pêcheurs, pour préparer une réponse à Ottawa.

L’établissement d’aires marines protégées fait partie de la promesse du gouvernement Trudeau de protéger 10 % des océans du pays d'ici 2020.

Avec des informations de Caroline Lévesque

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouvelle-Écosse

Industrie des pêches